Aller au contenu principal
En ce moment
Exemple : Education, Europe, Santé
  • Santé 2022 :
    tout un programme

    Note - Janvier 2022
Auteure
Laure Millet

Laure Millet est responsable du Programme santé de l’Institut Montaigne. Dans le cadre de ce programme, elle a pu contribuer à de nombreux projets et publications en lien avec l’innovation du système de santé.

La santé : une priorité pour les Français

Alors que la France doit traverser une période de vigilance sanitaire renforcée avec l’arrivée d'une cinquième vague de Covid-19, la santé apparaît comme un enjeu de société de premier plan. En effet, la santé et l’hôpital constituent un défi important pour 9 Français sur 10 et plus des deux-tiers des électeurs déclarent en faire un élément clé de leur vote à la prochaine élection présidentielle. Cependant, 8 Français sur 10 estiment que le sujet de la santé et de l’accès aux soins n’est pour l’instant pas suffisamment bien traité par les candidats en campagne.

Sur la base des rapports de son programme Santé et de plus de 400 auditions d’acteurs publics et privés, l’Institut Montaigne met en lumière quatre priorités pour le prochain quinquennat, autour du rôle des patients dans le système de soins, de l’innovation technologique et thérapeutique, de la gouvernance de la filière santé et des politiques de prévention à mener prioritairement en santé mentale et pour le bien-vieillir.

Priorité n°1 : impliquer les patients dans le système de santé

En développant des indicateurs qui renseignent sur la qualité des soins

L’égal accès aux soins est un principe fondateur du système de santé français, souvent réaffirmé par les porteurs des réformes mises en œuvre ces dernières années. Pour que ce principe soit effectif, il suppose une information claire, complète, transparente et accessible à tous les Français.

Pourtant, lorsqu’on les interroge, les patients français soulignent leurs difficultés d’accès aux soins. Plus d’un tiers d’entre eux (37 %) déclare avoir l’impression de vivre dans un désert médical, alors que seulement 11 % de la population vit dans une zone sous-dotée en médecins. Cet écart entre le ressenti des Français et la réalité souligne les défauts d’organisation du système et son illisibilité pour les patients.

Comment dès lors rendre accessible aux patients l’information dont ils ont besoin pour s’orienter dans le système de soins ? Le recours aux indicateurs de qualité des soins est essentiel pour faire des patients de réels acteurs de leur parcours. Ils leur permettent d’apprécier la valeur du service médical rendu selon des critères qui leur importent. 86 % des patients se disent prêts à répondre à un questionnaire d’évaluation de la prise en charge si cela permet de mieux choisir son professionnel de santé ou son établissement de soins.

Propositions pour repenser le rôle des indicateurs dans la construction des parcours de soins

Proposition 1 : faire de la qualité un critère d’évaluation majeur de notre système de soins en créant une task force dédiée à la définition des indicateurs de résultats et en s’appuyant sur ceux développés au niveau international.

Proposition 2 : réformer la pratique et le financement des soins pour en améliorer la qualité en intégrant les indicateurs de résultats dans les mécanismes de rémunération et dans les régimes d’autorisation des activités de soins des établissements de santé.

En créant des parcours de soins cohérents grâce aux applications numériques

Il est nécessaire de capitaliser sur la récente explosion des usages du numérique en santé pour impliquer directement les patients dans leur parcours de soins. En effet, la crise sanitaire a largement participé à la démocratisation des usages numériques en santé. Le recours accru aux pratiques de télémédecine a permis de lever des freins du côté des professionnels de santé et des patients. Ils reconnaissent aujourd’hui majoritairement l’intérêt de la e-santé : 86 % des Français estiment que son développement est une bonne chose.

Au-delà de la crise sanitaire, le numérique en santé est en train de s’installer durablement dans les usages des Français et des professionnels de santé : 3 Français sur 4 pensent que l’utilisation de ces outils permettra d’améliorer leur suivi médical dans le futur. Cependant, il est impératif de réduire la fracture numérique et de lutter contre l’illectronisme pour que tous les patients aient accès à ces nouvelles technologies, tout en formant les professionnels de santé à ces outils.

Propositions pour faire des solutions digitales en santé des outils de coordination des acteurs du parcours de soins

Proposition 3 : faire de l’inclusion numérique en santé une grande cause nationale en accompagnant les patients et professionnels de santé dans l’identification et l’adoption de solutions numériques pertinentes.

Proposition 4 : intégrer aux études de santé des modules obligatoires de formation à la collaboration et aux outils digitaux de coordination des soins en développant un volet dédié aux solutions numériques de partage de données.

Priorité n°2 : faire le pari de l’innovation en santé

En soutenant le développement de la e-santé et l’accès aux données

Pour les patients, le numérique offre des solutions permettant notamment de simplifier l’accès aux soins avec la téléconsultation, d’interagir plus facilement avec les acteurs du système de santé, de devenir acteur de sa santé avec des applications de suivi des maladies chroniques, de créer des approches préventives et d’être mieux informé.

Pour les soignants, la e-santé permet de gagner du temps médical et de prodiguer des soins plus personnalisés et de qualité avec notamment la dématérialisation des échanges et des processus administratifs ou l’aide à la décision médicale qui aident les équipes soignantes à formuler un diagnostic ou à faire une prescription.

La santé numérique promet ainsi de révolutionner les soins et la santé en réunissant les différents acteurs autour de parcours de santé cohérents. Pour autant, des obstacles demeurent en matière d’accès aux données de santé : incomplétude des bases de données disponibles, absence d’interopérabilité, difficultés à extraire les données pertinentes, etc.

 

Propositions pour faire de la France un pays leader dans le déploiement de la santé numérique

Proposition 5 : développer une stratégie nationale de santé publique pilotée par des données à la fois sécurisées et accessibles afin d'améliorer la coordination des acteurs autour du numérique en santé.

Proposition 6 : faire de "Mon Espace Santé" le levier de démocratisation des usages du numérique en santé et créer les conditions permettant de favoriser l’acculturation numérique de tous les acteurs de santé.

En améliorant l’accès aux médicaments innovants

Jusqu’à récemment, le schéma français de régulation des médicaments permettait globalement un bon accès aux soins dans un respect relatif des contraintes budgétaires. Mais l’arrivée sur le marché de traitements innovants de plus en plus onéreux suscite des inquiétudes quant à la capacité de l’État à réguler et à contrôler les prix tout en garantissant l’accès aux médicaments innovants pour l’ensemble des patients.

 

 

Face à ces bouleversements majeurs, notre modèle d’évaluation est-il toujours adapté au contexte contemporain ? Alors que la France a été pionnière de l’accès précoce, dispositif qui permet à des patients en impasse thérapeutique de bénéficier, à titre exceptionnel et temporaire, de certains médicaments non autorisés, elle est actuellement au 21e rang en Europe pour les délais moyens d’accès au marché. La France accuse un retard important vis-à-vis de ses voisins comme l’Allemagne (1ère), l’Angleterre (7e) ou l’Italie (10e).

Les efforts entrepris pendant le quinquennat laissent toutefois espérer une diminution des délais d’accès. Le CSIS 2021 et le Plan innovation santé 2030 qui lui a été associé ont été salués par les acteurs de la santé comme le signe du volontarisme du gouvernement à faire de ce sujet une priorité stratégique dotée de nouveaux moyens. Mais plusieurs chantiers demeurent afin d’améliorer l'accès aux innovations pour les patients.

Propositions pour améliorer l’accès des Français aux traitements innovants

Proposition 7 : engager la grande réforme du système d’évaluation des médicaments pour une meilleure valorisation de l’innovation, et favoriser une réévaluation ad hoc et par classe thérapeutique afin d’actualiser les stratégies thérapeutiques.

Proposition 8 : faire de l’ONDAM un véritable outil de pilotage au service de l’innovation en santé, en calquant ses objectifs sur les orientations de santé publique pour mieux prendre en compte les enjeux de long terme.

Priorité n°3 : repenser la gouvernance de notre système de santé

En renforçant la territorialisation pour mieux répondre aux besoins de santé

Les différentes difficultés rencontrées par les patients (difficultés d’accès aux soins et déserts médicaux, perte de confiance dans le système de santé, crainte d’être moins bien soigné à l'avenir) et les professionnels de santé (crise de vocation, perte de sens, démissions dans la fonction publique) invitent à envisager une approche plus spécifique des parcours de soins, organisés autour des acteurs locaux de santé.

Des approches territorialisées sont possibles : le principe de responsabilité populationnelle repose sur un modèle faisant dialoguer l’ensemble des acteurs de santé d’un territoire. Les actions menées englobent l’intégralité du parcours de soin, de la prévention à la prise en charge de patients, en dépassant les oppositions ville-hôpital.

Le développement de ces programmes à un niveau local permet de répondre au problème de fragmentation du système de santé français puisque ce sont les professionnels directement au contact des patients qui définissent leur parcours de soin.

Proposition pour renforcer la territorialisation du système de santé

Proposition 9 : poursuivre l’adaptation territoriale des parcours de soins en développant des expérimentations de responsabilité populationnelle sur trois nouvelles pathologies d’ici 2023.

En promouvant une filière santé française innovante et visible à l’international

Le secteur de la santé emploie plus de 2 millions de personnes tous secteurs confondus, soit environ 7 % de la population active française. Il est créateur de richesse dans le domaine des industries et technologies de santé, mais aussi dans le numérique appliqué à la santé.

Malgré son dynamisme, la filière santé est structurée en silos : entre l’hôpital public et les cliniques privées, entre régulateurs et innovateurs, entre préventif et curatif, entre soignants et patients, etc. Si certaines lignes sont en train de bouger, il demeure nécessaire d’accompagner le déploiement de la filière santé française en s’appuyant sur un renforcement de la prévention et de fixer des objectifs de long terme avec l’ensemble des acteurs, privés comme publics.

Propositions pour soutenir et développer la filière santé française

Proposition 10 : confier à la nouvelle Agence de l'innovation en santé la mise en place d'un tableau de bord de la filière santé, permettant de piloter celle-ci à partir d’indicateurs sanitaires, organisationnels et économiques.

Proposition 11 : opérer un choc paradigmatique, en transformant l’Assurance maladie en Assurance santé afin de mieux intégrer le rôle de la prévention dans les politiques de santé publique.

Priorité n°4 : renforcer les politiques de prévention face à deux défis majeurs : la santé mentale et le bien-vieillir

En agissant de toute urgence pour la santé mentale de chacun

La crise liée au Covid-19 a eu des conséquences majeures sur la santé mentale des Français. Entre fin septembre et début novembre 2020, la prévalence des troubles dépressifs a doublé, touchant tout particulièrement les jeunes et les plus précaires.

Alors que la psychiatrie constitue le premier poste de dépenses de l’Assurance maladie, devant le cancer ou les maladies cardiovasculaires, les patients sont souvent mal diagnostiqués et pris en charge tardivement. Cela peut s’expliquer en partie par une séparation rigide entre la médecine somatique et la médecine psychiatrique, qui a des effets catastrophiques sur l’espérance de vie des personnes atteintes de maladies psychiatriques.

Par ailleurs, les médecins généralistes ne sont pas correctement formés à la prise en charge de ces patients. Ainsi, les outils de repérage et d’évaluation de la dépression ne sont connus que par 50 % des médecins généralistes alors que 60 % des premières consultations en médecine générale concernent un trouble psychique.

 

 

Les récentes annonces lors des Assises de la santé mentale vont dans le bon sens, mais le rôle du médecin généraliste comme pivot de la prise en charge n’a pas été érigé en priorité et des mesures doivent être engagées pour promouvoir la recherche en santé mentale.

Propositions pour que la France améliore la prise en charge des troubles psychiques

Proposition 12 : sur le modèle des plans Cancer, lancer un grand Plan santé mentale coordonné par un opérateur de l’État.

Proposition 13 : donner à la médecine de premiers recours les moyens d’intégrer la prise en charge de la santé mentale dans une approche centrée sur les patients, collaborative et non stigmatisante.

En faisant du bien-vieillir une priorité dans notre société vieillissante

Depuis une trentaine d’années, la France connaît une forte accélération du vieillissement de sa population. D’après l’Insee, au 1er janvier 2020, 20 % de la population française a plus de 65 ans et près de 70 % des plus de 85 ans souffrent d’au moins une maladie chronique.

Bien que souvent corrélés à des images de perte d’autonomie et d’assistance technique, les seniors désignent une catégorie de la population large et une ressource essentielle à notre société. Ils jouent un rôle clé dans le domaine associatif : 63 % des président(e)s d’association ont plus de 65 ans. À ces activités s’ajoutent celles du milieu familial : garde d’enfants, aide aux parents en perte d’autonomie (rôle d’aidant), etc.

Afin de promouvoir le "vieillissement actif", notre système de santé doit mieux répondre aux besoins des seniors et développer des politiques de prévention ciblées et personnalisées, pour retarder la perte d’autonomie. Il est nécessaire de repenser les parcours de soins pour les adapter au vieillissement de la population.

Propositions pour adapter notre société au vieillissement, mieux le prévenir et l’accompagner

Proposition 14 : intégrer aux parcours de soins des temps dédiés à la prévention de la perte d’autonomie : créer une visite de prévention dédiée au bien-vieillir à intervalle régulier ; proposer un parcours de prévention spécifique pour les nouveaux retraités les plus modestes ; inciter financièrement à la prévention les professionnels et encourager le développement de projets innovants.

Proposition 15 : augmenter la part des dépenses dédiées à la prévention et instaurer une règle d’or attribuant 1 euro de dépenses en faveur de la prévention de la perte d’autonomie pour 10 euros de dépenses curatives.

Téléchargements

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017