Aller au contenu principal
Exemple : Education, Europe, Santé
  • L'Europe et la 5G :
    passons la cinquième !
    Partie 1

    Note -
    mai 2019

2G en 1991, 3G en 1998, 4G en 2008… 5G en 2020 ! La dernière génération de réseaux est lancée, et elle est plus qu’une progression incrémentale par rapport à la 4G. 

Pourquoi ? Parce que la 5G représente un saut technologique : elle modifiera en profondeur les processus de production industrielle, les services publics, la médecine, la gestion et distribution d’eau, de gaz, d’électricité, entre autres. Elle est aussi à l’origine de nouveaux services aux consommateurs, et favorisera donc l’émergence de grands acteurs et d’un nouvel écosystème numérique. Si le champ d’applications ouvert est inédit, il n’est pas sans risque.
 

Ce travail a été rédigé par Achour Messas, membre du comité exécutif et partner chez Mazars, ainsi que Julien Huvé, Laurent Inard et David Luponis, partners chez Mazars. Il a bénéficié de la supervision de Gilles Babinet, conseiller numérique de l'Institut Montaigne.

 

Retrouvez L'Europe et la 5G : le cas Huawei - Partie 2

La 5G, une véritable technologie de rupture

Alors que la 3G et la 4G ont changé la vie des particuliers avec les smartphones, la 5G concerne avant tout les acteurs économiques, notamment les industries, en créant de nouveaux écosystèmes et usages. 

La 5G est une technologie de rupture. Cela signifie qu’elle va permettre la transformation de nombreux secteurs de l’économie à travers trois facteurs.

  • Une réactivité inégalée (grâce à un haut débit et une faible latence - délai de transmission dans les communications informatiques) pour des applications exigeantes (téléchirurgie, voiture autonome, réseaux électriques intelligents, matériel industriel autonome, etc.).
  • Une structure décentralisée, qui rend possible le développement de l’Internet des objets (Internet of Things - IoT), utile à la réalité augmentée, la mobilité, la production industrielle, ou l’énergie.
  • Une capacité de slicing, c’est-à-dire le découpage en tranches du réseau en fonction des usages, qui accélèrera le développement du cloud computing (traitement des données assuré via le cloud sur des serveurs à distance).

Cette technologie permettra ainsi le déploiement massif de l’Internet des objets, qui jouera un rôle essentiel dans le domaine de la mobilité, de la réalité augmentée, de la production industrielle ou encore des réseaux énergétiques. Avec le développement du edge computing (traitement des données à la périphérie, c’est-à-dire sans que celles-ci transitent par un data center éloigné du lieu physique de traitement des données), les opérateurs seront en mesure de proposer de nouvelles offres au grand public et aux industriels, comme par exemple le service de pilotage des véhicules autonomes ou encore de l’assistance à la maintenance grâce à la réalité augmentée. La 5G apporte aussi des réponses aux enjeux de connectivité des territoires et d’accès aux services publics.
 

L'Europe et la 5G : passons la cinquième ! - partie 1

Quels sont les risques autour du déploiement de la 5G ?

La 5G et les enjeux de souveraineté

Dans l’ère du cloud computing, et demain du edge computing, les infrastructures virtualisées prennent de plus en plus d’importance pour les opérateurs. Cela implique d’importants transits, stockages et traitements des données, qui ne font l’objet d’aucun encadrement réglementaire - hormis le RGPD. Dans un marché dominé par les acteurs américains et les infrastructures chinoises, l’Europe et la France courent le risque de la dépendance et de la vulnérabilité.

La 5G et le risque sécuritaire 

Avec la 5G, des secteurs d’activités complets et des nouveaux usages seront fortement dépendants de la disponibilité du réseau, offrant ainsi aux pirates un nouveau terrain de jeu. 

  • Sera-t-il possible pour un équipementier d’éteindre un réseau complet (shutdown) ?

Aujourd’hui, le risque porte sur la possibilité ou non pour un équipementier d’insérer dans le code informatique une back door. Cela lui permettrait, dans le scénario le plus extrême, de couper le réseau à distance (shutdown). Il n’est pas possible de s’assurer de l’existence ou non d’une back door : comme pour tout produit télécom ou système d’information, le code fait l’objet de mises à jour régulières. De ce fait, un accès ponctuel au code est inefficace pour garantir une maîtrise des sujets de sécurité. Par ailleurs, le valider systématiquement avant chaque usage est irréaliste. La confiance dans les équipementiers choisis est donc primordiale. 

  • Sera-t-il possible pour un équipementier d’espionner les données ?

Les équipementiers peuvent théoriquement espionner les données. Les opérateurs gardent toutefois une visibilité sur les données qui entrent ou sortent de leur cœur de réseau (même si ce cœur de réseau est décentralisé, comme c’est le cas avec la 5G). Ils peuvent donc voir les fuites de données éventuelles sur leurs équipements. Nous ne pouvons donc qu’encourager le développement d’outils afin de surveiller les flux de données transitant via les équipements de leurs réseaux.

Quelles propositions pour faire face à ces enjeux ?

1
Détails
Favoriser une harmonisation de la réglementation européenne
Détails

Apporter une réponse coordonnée assurant un niveau d’exigence élevé dans l’ensemble des pays membres afin de peser face à des acteurs soutenus par des marchés domestiques puissants, de minimiser les coûts et donc d’éviter les retards, en définissant notamment des autorités habilitées à délivrer des autorisations de déploiement de la 5G pour le territoire européen (ANSSI en France).

2
Détails
Utiliser l’attribution des licences dites "5G" comme un levier économique pour accélérer le développement et la sécurisation des réseaux
Détails

S’appuyer sur l’attribution prochaine des fréquences 5G pour permettre aux Etats de contrôler et de sécuriser le déploiement de ces réseaux, tout en garantissant l’atteinte des objectifs. Ainsi, ne pas tomber dans le piège des enchères élevées qui, si elles maximisent les prix de vente, le font au détriment d’un déploiement rapide. 

3
Détails
Développer la mutualisation des infrastructures passives
Détails

C’est l’une des solutions permettant d’alléger les dépenses d’investissement portées par les opérateurs. Les économies ainsi générées contribueront à la maîtrise de la sécurité des réseaux, au développement rapide des infrastructures et à l’atteinte des objectifs de connectivité.

4
Détails
Soutenir le développement de la R&D européenne
Détails

Engager une politique européenne volontariste à inscrire dans des règles de concurrence strictes, garantissant une symétrie entre les conditions de marché en Europe et hors d’Europe.

5
Détails
Favoriser le développement d’un écosystème français et européen autour des usages de la 5G
Détails

Encourager la mise en écosystème d’entreprises technologiques, acteurs industriels et opérateurs télécoms pour faire émerger les leaders du monde numérique de demain.

Téléchargements

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017