Rechercher un rapport, une publication, un expert...
  • Accueil
  • Asie
  • Après l’été meurtrier de l’économie chinoise, la crise de confiance
Éclairages
Septembre 2023

Après l’été meurtrier de l’économie chinoise, la crise de confiance

Auteur
François Godement
Expert Résident principal et Conseiller spécial - Asie et États-Unis

François Godement est Conseiller spécial et Resident Senior Fellow - Asie et États-Unis à l’Institut Montaigne. Il est également Nonresident Senior Fellow du Carnegie Endowment for International Peace, et consultant externe au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères français.

La panne actuelle de l’économie chinoise, ces derniers temps si commentée, n’en est pas vraiment une. Au-delà de l’excès d’optimisme qui a suivi la levée des restrictions liées au Covid-19, la crise que traverse la Chine est plus insidieuse : elle repose sur une perte de confiance de nombreux acteurs, des consommateurs et emprunteurs chinois aux investisseurs étrangers. Qui plus est, à contre-courant d’autres économies, la Chine fait face à une absence d’inflation, à des excédents commerciaux immenses mais ne pouvant croître de manière illimitée, ainsi qu’à une consommation ralentie. Et en parallèle, l’idée d’une récession de bilan avec une spirale déflationniste fait progressivement son chemin.

Comment le gouvernement chinois répond-il à ces différents défis ? En déroulant d’abord des mesures de soutien et en prononçant des déclarations rassurantes à destination des entreprises chinoises et étrangères, sans jamais pour autant gommer le cap prioritaire de la sécurité économique. Ces diverses mesures et déclarations n’ont cependant suscité que peu d'enthousiasme du côté des ménages et des entreprises. À ce scepticisme grandissant sur les annonces officielles vient s’ajouter une défiance croissante sur la fiabilité des statistiques communiquées. Il est pourtant vain d’attendre de la Chine qu’elle renoue avec des réformes structurelles et des données plus transparentes, car leur issue pourrait saper le pouvoir du PCC. Par contre, la nature largement intérieure de son endettement et l’importance de ses réserves en devises lui permettraient une politique audacieuse de monétisation de la dette pour rétablir la confiance.

En s’appuyant sur une analyse de sources en langue chinoise et l’étude de commentaires d’économistes, cette note d’éclairage dresse un tableau nuancé de la santé de l’économie chinoise. Elle en tire des enseignements pour les partenaires économiques de la Chine, en premier lieu européens. La toile de fond restera, quoiqu’il advienne, la même du côté des dirigeants chinois : la recherche d’un compromis entre stabilité et compétitivité.

Cette note d’éclairage est la quatrième publication d'une série de travaux sur l’économie chinoise. Retrouvez les précédentes notes :

Recevez chaque semaine l’actualité de l’Institut Montaigne
Je m'abonne