Aller au contenu principal
Exemple : Education, Europe, Santé

La vraie force d’Angela Merkel

ARTICLES - 18 Septembre 2017

 

Angela Merkel sera vraisemblablement réélue à la tête de l'Allemagne. Elle devrait entrer dans l'histoire pour sa longévité au pouvoir, mais plus encore pour la prédominance chez elle de considérations éthiques sur toutes préoccupations idéologiques. Dominique Moïsi, conseiller spécial de l'Institut Montaigne, revient sur ce qui fait la particularité de la chancelière allemande.

Avec l'aimable autorisation des Echos.

Pour Henry Kissinger, la question allemande tenait au fait que "l'Allemagne était trop grande pour l'Europe et trop petite pour le monde". La formule, brillante mais contestable, pourrait-elle aujourd'hui s'appliquer à la chancelière d'Allemagne elle-même ? Après douze années au pouvoir, Angela Merkel sera selon toute vraisemblance réélue dans quelques jours pour un quatrième et, sans doute, dernier mandat. Mais Angela Merkel n'a pas été "trop grande en Europe". Ce sont ses partenaires successifs au pouvoir à Paris, Rome, Varsovie, Madrid, sans oublier bien sûr Londres, qui n'ont pas su ou pas pu se hisser ou demeurer à son niveau.

Ce constat s'applique également à la présente campagne électorale en Allemagne. Il n'y a pas eu trop de Merkel, mais plutôt pas assez de Schultz, le candidat du Parti social-démocrate. Il serait faux également de considérer que "trop grande en Europe", Angela Merkel a été "trop petite dans le monde". Tout comme le Vatican, que l'on ne peut juger au nombre de ses divisions pour plagier la formule de Staline, l'Allemagne n'entend toujours pas être jugée sur sa puissance militaire mais sur sa santé économique et, c'est essentiel, sur son leadership moral. Son histoire l'a vaccinée, plus et sans doute mieux que d'autres, contre les virus du nationalisme extrême et de la xénophobie.

La force et la chance de l'Allemagne sont d'avoir presque toujours été dirigée par des leaders exprimant une cohérence entre le message et le messager. Konrad Adenauer et la réconciliation vers l'Ouest, Willy Brandt et celle vers l'Est, Helmut Kohl et l'unification de l'Allemagne, Gerhard Schröder et les réformes structurelles de l'économie. Angela Merkel devrait entrer dans l'histoire pour sa longévité au pouvoir, mais plus encore pour la prédominance chez elle de considérations éthiques sur toutes préoccupations idéologiques.

Fermer les portes du crédit à la Grèce, ouvrir les frontières de l'Allemagne au flot des réfugiés : ce sont deux démarches qui s'inscrivent dans une même logique puritaine et morale. On ne peut impunément accumuler les dettes. Il y a à l'inverse une dimension de rédemption à s'ouvrir aux "Autres" dans l'absolu besoin, surtout si en faisant le bien, on peut en même temps répondre au besoin démographique d'une économie allemande qui manque de bras.

Pour son pragmatisme, sa prudence, son réalisme mais aussi, et peut-être surtout, pour sa capacité à suivre son instinct moral, Angela Merkel restera pour son pays, et pour l'Union Européenne dans son ensemble, comme la figure rassurante qui s'est trouvée présente dans le bon pays au bon moment.

On peut bien sûr, critiquer de nombreuses décisions prises par Angela Merkel pendant ses douze années à la chancellerie : sa prudence parfois excessive, ses tergiversations sur la crise grecque et plus généralement sa capacité à "gagner du temps". Mais imaginons un instant une Allemagne et une Europe sans Angela Merkel, au moment où la crise de l'Union s'accélère et s'approfondit, où la Grande-Bretagne choisit de partir, et où la France n'est pas, pour utiliser une litote, au sommet de sa forme politique.

Sur le plan de la politique internationale l'Allemagne souffre de handicaps structurels. Elle n'est pas membre du Conseil de sécurité de l'ONU et elle n'a pas de fait vocation à le devenir. Il y a seulement quelques années de cela, un de nos grands ambassadeurs m'expliquait avec presque de la gourmandise dans le regard : "Bien sûr la France soutient la candidature de l'Allemagne, mais c'est parce que nous savons que son entrée au Conseil de sécurité comme membre permanent n'interviendra jamais."

De la même manière, rattraper son retard en matière de dépenses militaires implique de la part de l'Allemagne un effort considérable, qui ne prendra effet que très progressivement. Ce n'est pas demain que l'Allemagne constituera dans l'Union européenne un substitut à la Grande-Bretagne.

Pour une puissance très largement unidimensionnelle, l'Allemagne d'Angela Merkel a néanmoins fait entendre sa voix sur la scène internationale. Elle a su parler avec fermeté à la Russie de Poutine. Elle a renforcé son statut moral en jouant de sa sagesse et de la défense de ses principes face aux provocations de Donald Trump. Aux yeux de Pékin, Angela Merkel n'a pas été seulement la dirigeante de la première puissance économique d'Europe , mais au-delà la "mère, sinon la grand-mère" de l'Europe tout entière.

Les atouts et handicaps de l'Allemagne doivent être replacés dans un contexte plus large et surtout européen. Il existe de fait une complémentarité naturelle entre l'Allemagne et la France, qui paraît plus évidente encore depuis l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron et la probable réélection d'Angela Merkel. Cette complémentarité n'existe pas seulement entre les deux pays, mais aussi entre leurs deux dirigeants , pour des raisons d'âge tout autant que de culture ou de style personnel. Le nouveau président français aurait parfois tendance à en "faire trop", la chancelière d'Allemagne à ne pas "en faire assez".

L'élection de Macron a renforcé la candidature de Merkel. La réélection de Merkel constituera une carte de plus pour Macron. L'Allemagne est une forme de réassurance pour une France qui s'engage enfin sur le chemin des réformes. La France est pour l'Allemagne une incitation à faire preuve de plus d'audace et d'imagination sur le plan européen. Culture d'espoir et culture de prudence peuvent, mises ensemble, constituer un excellent remède pour une Europe à la recherche d'elle-même dans un monde en pleine transformation.
 

 

A voir aussi
  • Commentaires

    Ajouter un commentaire

    À propos des formats de texte

    Commentaire

    • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type='1 A I'> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id='jump-*'> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
    • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
    • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
    • Seules les images hébergées sur ce site peuvent être placées dans une balise <img>.

...

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017