Aller au contenu principal
En ce moment
Exemple : Education, Europe, Santé

Arrêt de la Cour de Karlsruhe : quelles conséquences économiques et politiques ?

Trois questions à Eric Chaney

INTERVIEW - 7 Mai 2020

Le Tribunal constitutionnel de la République fédérale d’Allemagne a rendu le 5 mai dernier un arrêt jugeant que les décisions de la Banque Centrale Européenne (BCE) sur la mise en œuvre de son programme d’achat de titres publics ont excédé les compétences de l’Union européenne. Que faut-il en retenir, et quelles peuvent être les conséquences politiques et économiques d’un tel arrêt ? 3 questions à Eric Chaney, conseiller économique à l’Institut Montaigne.

Quelle est la signification de l’arrêt de la Cour de Karlsruhe ?

Commençons par l’objet même de l’arrêt du 5 mai, qui porte sur la politique quantitative de la BCE. Le Tribunal constitutionnel allemand (Bundesverfassungsgericht, BVerfG) avait été saisi par un groupe d’universitaires allemands dès la mise en place du programme d’achats d’obligations publiques (PSPP) des pays de la zone euro par la BCE en 2012. Il avait dans un premier temps exprimé ses réserves, mais choisi de déférer le cas à la Cour de justice européenne (CJE), dont il reconnaissait que c’était le ressort. Le BVerfG est ensuite revenu sur le sujet pour :

  1. reprocher au gouvernement fédéral allemand et au Bundestag de ne pas avoir posé de questions à la BCE lors de l’exécution du programme ;
  2. exprimer son insatisfaction à propos de la "proportionnalité" des actions de la BCE, dont il estime la justification incomplète ;
  3. rejeter la thèse des plaignants selon laquelle la BCE procèderait au financement des budgets des États, opération interdite par les Traités.

Le premier point est une affaire interne à l’Allemagne et ressemble à un "Holzweg", ces sentiers que les forestiers traçaient pour arriver au lieu de coupe mais ne menaient nulle part. On ne voit pas bien comment le Bundestag pourrait interpeller la BCE sur le bien-fondé de ses décisions sans enfreindre le principe fondamental d’indépendance de la Banque centrale. On voit mal comment une institution supranationale pourrait se soumettre à un parlement national. Tout au plus pourrait-on y voir une incitation à la Présidente de la BCE d’être entendue et questionnée par les parlements nationaux, plutôt que seulement par le Parlement européen. Avec 19 parlements nationaux, la tâche était apparue comme une "mission impossible" à ses prédécesseurs. Si Christine Lagarde trouvait une façon intelligente de le faire, ce serait un progrès.

Le second point, lié au premier, est assorti d’une sorte d’ultimatum : les autorités monétaires de la zone euro doivent fournir au Bundestag un argumentaire convaincant prouvant que l’ampleur (pas le principe) des acquisitions est justifié par la nécessité économique dans les trois mois, faute de quoi la Bundesbank serait en infraction avec la loi fondamentale allemande si elle continuait à participer au programme, ce qui pourrait aller jusqu’à la forcer à vendre les obligations qu’elle détient. Comme il s’agit principalement d’obligations fédérales, cela pourrait relever le coût de financement de l’Allemagne au moment où ses besoins de financement explosent. Ceci ne se produira évidemment pas.

Je note à ce sujet que la critique du BVerfG sur le manque de documentation de la "proportionnalité" n’est pas sérieuse. Déjà, le Conseil de la BCE a eu des débats nourris sur la taille du PSPP et ses conséquences, comme le compte rendu du meeting du 21 janvier 2015 le montre amplement, signalé par un fin connaisseur du système, l’ancien membre du Directoire Lorenzo Bini-Smaghi. En second lieu, les économistes et chercheurs de la BCE ont beaucoup publié sur le sujet, comme le montre, par exemple, cet article sur l’impact des taux d’intérêt bas sur les épargnants, par Ulrich Bindseil et ses co-auteurs. Enfin, une analyse complète de la proportionnalité devrait évaluer l’écart entre les performances économiques attribuables à la politique quantitative et ce qui se serait passé sans une telle politique - le "contrefactuel" comme disent les économistes.

Une analyse complète de la proportionnalité devrait évaluer l’écart entre les performances économiques attribuables à la politique quantitative et ce qui se serait passé sans une telle politique

Or, par définition, aucune donnée observable ne permet de savoir ce qui se serait passé sans les interventions de la BCE. Les réponses que pourraient fournir les modèles macro-économétriques sont fortement sujettes à caution, puisque les modèles ont été estimés dans des circonstances macro-économiques différentes. Seule l’histoire peut donner des indications, comme les travaux de Milton Friedman, approfondis par Ben Bernanke, l’ont fait à propos de la crise de 1929. À lire l’arrêt du BVerfG, on tire l’impression que le concept même de contrefactuel lui est étranger, ce qu’on peut comprendre de la part de juristes, mais montre qu’ils ne devraient pas s’aventurer sur un terrain qui n’est pas le leur.

Le troisième point est très important, car, en suivant l’analyse de la CJE, elle-même en ligne avec celle de la BCE, la Cour allemande reconnaît que les politiques quantitatives sont parfaitement légales, relèvent de la politique monétaire et non pas du financement monétaire des États membres. C’est certainement une lourde déception pour les plaignants, qui n’ont cessé d’agiter le spectre de la planche à billet, dont on sait qu’il résonne toujours de façon amère auprès du public allemand.

Que va-t-il se passer à court terme et risque-t-on une réaction négative des marchés financiers, sur la dette italienne par exemple ? Et qu’est ce qui vous fait dire que la Bundesbank ne vendra pas son portefeuille d’obligations ?

Commençons par les marchés. Le jugement du BVerfG était fortement attendu, avait été pré-analysé par les économistes de marché, puis il est tombé. Et rien ne s’est passé : le rendement à 10 ans des BTP (les obligations du Trésor italien) est passé d’une moyenne de 1,8 % la semaine précédente à 1,95 % le 6 mai, une augmentation de 15 points de base, tandis que le rendement des obligations allemandes augmentait de 10 points de base. Les intervenants de marché ont bien noté que le BVerfG avait rejeté l’accusation de financement monétaire et en ont déduit, peut-être hâtivement, que le reste n’était que détails politiques. Mais à court terme, la réaction des marchés est raisonnable.

En effet, la BCE n’est en aucun cas impliquée par l’arrêt du BVerfG. Institution supranationale régie par des traités internationaux, elle n’est "justiciable" que devant la CJE. Dans l’immédiat, ce sera à la Bundesbank de satisfaire le BVerfG en transmettant au Bundestag les éléments d’analyse sur la proportionnalité qui lui fournira la BCE. Et l’ultimatum de trois mois apparaîtra comme ce qu’il est en réalité : une aigreur judiciaire sans conséquence pratique.

C’est à moyen/long terme que les conséquences de l’arrêt du 5 mai pourraient se faire ressentir. Par exemple, le programme d’urgence mis en place pour aider les économies frappées par le coronavirus, le PEPP, est plus "libre" que le PSPP, puisqu’il ne comporte pas de limite précise sur la part d’obligations d’une souche donnée (donc d’un émetteur donné) comme c’était le cas du PSPP, un point sur lequel le tribunal de Karsruhe s’est appuyé pour rejeter l’accusation de financement monétaire. On peut s’attendre à ce que les plaignants mécontents du PSPP soient encore plus mécontents du PEPP, et saisissent à nouveau la Cour. La saga ne fait donc que commencer.

On peut s’attendre à ce que les plaignants mécontents du PSPP soient encore plus mécontents du PEPP, et saisissent à nouveau la Cour. La saga ne fait donc que commencer.

Mais n’y a-t-il pas aussi une dimension politique dans cet arrêt ?

C’est exact, et c’est peut-être le plus important. Le BVerfG, dont le Président a pris sa retraite le lendemain de l’arrêt, a tenu à se justifier longuement pour être revenu sur un arrêt de la CJE. Pour le non-juriste que je suis, l’argumentation du cas d’espèce est faible, puisque le BVerfG se justifie en déclarant que la CJE a jugé au-delà de ses compétences, ultra vires en langage juridique, pour ne pas avoir donné de justifications suffisantes à la proportionnalité de l’action de la BCE. Comme on l’a déjà vu, cet argument est spécieux, et relève du débat d’économistes plutôt que de juristes, la CJE ayant considéré à ce sujet que la BCE s’était suffisamment justifiée.

Mais je perçois aussi une dimension plus fondamentale, plus politique à proprement parler : le BVerfG a tenu à rappeler que le cadre institutionnel de l’Union européenne est un équilibre subtil entre le supranational, dont la BCE fournit l’exemple le plus achevé même s’il ne concerne que 19 pays sur 27, et le national.

En l’occurrence, donner de la voix nationale sur un sujet aussi technique que la politique monétaire pourrait augmenter la pression sur les États membres pour avancer vers une politique budgétaire mieux coordonnée, de façon à soulager la BCE et lui redonner ainsi des marges de manœuvre pour la politique strictement monétaire. Ce ne serait pas le moindre des paradoxes de cet arrêt que beaucoup d’analystes associent à la tendance eurosceptique qui animait d’ailleurs certains des plaignants, que d’accélérer l’évolution de la zone euro vers une forme de fédéralisme plus prononcé qu’aujourd’hui.

 

Nous avons demandé à un économiste français et un juriste allemand d'analyser la décision de la cour constitutionnelle allemande condamnant les rachats de dettes publiques par la BCE

Retrouvez l'analyse de Matthias Lehmann : The End of "Whatever it Takes"?

 

Copyright : ARIS OIKONOMOU / AFP

 

A voir aussi
  • Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Commentaire

    • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type='1 A I'> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id='jump-*'> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
    • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
    • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
    • Seules les images hébergées sur ce site peuvent être placées dans une balise <img>.

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017