Rechercher un rapport, une publication, un expert...
Note d'action
Janvier 2024

Pour une Autorité française
de l’IA

Auteur
Milo Rignell
Expert Résident et Responsable de projets - Nouvelles Technologies

Milo Rignell est responsable des travaux de l’Institut Montaigne sur les sujets numériques et de nouvelles technologies.

Personnes auditionnées
  • Arta Alavi, chef de projet expert au sein de l’équipe Advanced Analytics, SAP
  • Guillaume Avrin, coordonnateur national pour l’intelligence artificielle
  • Joëlle Barral, directrice scientifique, Google DeepMind
  • Jean Barrère, associé, Accuracy
  • Gérôme Billois, directeur de la practice Cybersécurité, Wavestone
  • Simon Bouloc, Chief Innovation Officer, Ekimetrics
  • Anne Bouverot, présidente de l’École Normale Supérieure (ENS) et de la Fondation Abeona
  • Bertrand Braunschweig, coordonnateur scientifique, Confiance.ai
  • Simeon Campos, expert technique en gestion des risques liés à l’IA, fondateur et président, SaferAI
  • Igor Carron, Co-CEO, LightOn
  • Yves Caseau, CDIO Groupe, Michelin
  • Julien Chiaroni, ancien directeur du Grand Défi IA de confiance et responsable programme à la Direction du CEA, LIST
  • David ‘davidad’ Dalrymple, directeur de programme, Advanced Research and Invention Agency (ARIA)
  • Tom David, chargé de la Prospective Technologique, Institut Montaigne
  • Marie-Pierre de Bailliencourt, directrice générale, Institut Montaigne
  • Nicolas de Bellefonds, directeur associé senior du BCG et directeur monde de BCGX.AI
  • Agnès Dessaints, directrice technique, Cisco
  • Marcin Detyniecki, responsable de la recherche et du développement & Group, AXA
  • Lucas Dixon, chercheur et responsable de PAIR (People and AI Research), Google
  • Marko Erman, directeur scientifique, Thales
  • Quentin Feuillade--Montixi, chercheur indépendant en évaluation des modèles de langage AI
  • Ombeline Gras, conseillère affaires globales du président de la République, Élysée
  • Chadi Hantouche, associé, Wavestone
  • Didier Husson, ancien inspecteur pour la Sûreté Nucléaire, Naval Group
  • Laurent Inard, directeur R&D, Conseil Data & IA, Advisory, Mazars
  • Florent Kirchner, coordinateur la stratégie nationale d’accélération (SNA) cybersécurité, Secrétariat général pour l’investissement (SGPI)
  • Philippe Laval, CTO, Jolt Capital
  • Fabien Le Voyer, directeur adjoint du programme en matière d'intelligence artificielle, Inria
  • Franck Lebeugle, directeur des activités de normalisation, AFNOR
  • Nicolas Marescaux, directeur adjoint, Réponses Besoins Sociétaires & Innovation, MACIF
  • Sébastien Meunier, vice président Relations Institutionnelles, ABB France
  • Pierre Peigné, chercheur indépendant en évaluation des modèles de langage AI
  • Marie Pellat, ingénieure, Google
  • Ludovic Peran, Recherche Product manager pour l’IA responsable et centrée sur l’humain, Google
  • Tanya Perelmuter, co-fondatrice et directrice stratégie & partenariats, Fondation Abeona
  • Guillaume Poupard, directeur général adjoint, Docaposte
  • Marc Revol, directeur de projets – Intelligence Artificielle, Direction générale des entreprises (DGE)
  • Alexis Rollin, administrateur de l’EDHEC, président de RnD
  • Stuart Russell, professeur d’informatique, Université de Californie, Berkeley
  • Jean Schmitt, CEO, Jolt Capital
  • Joseph Sifakis, chercheur émérite du CNRS, VERIMAG
  • Anuchika Stanislaus, conseillère numérique et grands projets (IA, Cloud, et chantiers émergents), secrétariat général pour l’investissement (SGPI)
  • François Terrier, directeur du programme Intelligence Artificielle, CEA-List
  • Martin Tisné, CEO, AI Collaborative, une initiative du Groupe Omidyar
  • Jean-Paul Tran Thiet, associé de JPTT-Vitale & Partners et expert associé – Justice et Affaires Européennes, Institut Montaigne
  • Félicien Vallet, chef du service IA, CNIL
  • Gaël Varoquaux, directeur de recherche, Inria
  • Xavier Vasques, vice-président et CTO, IBM Technology et R&D France
  • Renaud Vedel, directeur du cabinet du ministre délégué chargé de la transition numérique et des télécommunications

L'année 2023 a été marquée par la déferlante IA. Le monde a découvert ChatGPT, l’intelligence artificielle à usage général de l’entreprise américaine OpenIA. Pris de court par le caractère exponentiel de l’accélération technologique, les dirigeants politiques et économiques du monde entier se réunissaient pour tenter d’évaluer les nouveaux risques et inventer une gouvernance mondiale autour de l’IA lors du premier Sommet sur la Sûreté de l’IA organisé au Royaume-Uni. En effet, les capacités de cette technologie apparaissent tout aussi irrésistibles que dangereuses, comme c'est souvent le cas pour les innovations les plus révolutionnaires pour l’humanité. Dans ce contexte de gouvernance internationale tâtonnante, l’élaboration d’outils d’évaluation pour comprendre les évolutions de la technologie et de ses risques apparaît nécessaire.

Alors que plusieurs pays leaders de l’IA ont déjà pris les devants en annonçant la création de leurs propres Instituts de Sûreté de l’IA et que l’Europe s’apprête à mettre en place des règles contraignantes en matière de développement et d’usage, la France manque à l’appel de cette réflexion et prend un retard impardonnable. Or, Paris accueillera bientôt la deuxième grande édition du Sommet Mondial de l’IA : l’opportunité d’inscrire la question à l’agenda de chacun mais aussi de faire face à nos responsabilités et de montrer notre engagement et le sérieux de notre réflexion, tant sur le potentiel, les risques et les atouts du jeune écosystème français que sur les outils de gouvernance indispensables à un pilotage sécurisé.

Aussi l’Institut Montaigne recommande-t-il au gouvernement de travailler à la création d‘une Autorité de l’IA, sur le modèle des Autorités nationales propres à la France. Cette Autorité aurait pour mission principale d’évaluer rigoureusement, au rythme de ses évolutions, la performance et les risques de la technologie. Conscient des étapes et des contraintes réglementaires à l’établissement d’une telle Autorité de référence, l’Institut Montaigne propose une feuille de route opérationnelle, viable et responsable, rassemblant les forces en présence.

Recevez chaque semaine l’actualité de l’Institut Montaigne
Je m'abonne