Aller au contenu principal
Exemple : Education, Europe, Santé
  • Mettre fin à la destruction de l'écosystème entrepreunarial de notre pays en supprimant l'ISF

    PUBLICATION - Mars 2011
Cette note analyse l’impact de l’ISF sur les comportements des investisseurs et créateurs d’entreprises. Alors que la France possède un grand nombre de dispositifs gouvernementaux d’aide à la création d’entreprises et d’un vivier de créateurs en augmentation constante, notre pays se prive d’un élément essentiel pour développer ses entreprises : des entrepreneurs et des investisseurs ayant réussi. Ces derniers font très souvent le choix de quitter notre pays, en raison de l’ISF. Le sujet est vital puisqu’il touche à la compétitivité même de la France et à notre potentiel de croissance.

Cette note propose une analyse objective et détaillée de l’impact réel de l’ISF sur les comportements des investisseurs et créateurs d’entreprises. Alors que la France possède un grand nombre de dispositifs gouvernementaux d’aide à la création d’entreprises et d’un vivier de créateurs en augmentation constante, notre pays se prive d’un élément essentiel pour développer ses entreprises : des entrepreneurs et des investisseurs ayant réussi. Contrairement aux idées reçues, notre pays a vu éclore de très nombreux succès économiques ces dernières années, portés par de véritables "serial entrepreneurs". Or ces derniers font très souvent le choix de quitter notre pays, en raison de l’ISF. Le sujet est vital puisqu’il touche à la compétitivité même de la France dont la balance commerciale est en déficit constant depuis 2004 et dont le nombre d’entreprises de taille intermédiaire (ETI) ne cesse de diminuer, obérant ainsi notre potentiel de croissance.

559 727

redevables à l’ISF en 2010

Téléchargements
Dans les médias
Il faut mettre fin à la destruction de notre écosystème entrepreneurial
DANS LES MÉDIAS | 17 Février 2011
En novembre dernier, le président de la République annonçait le lancement d'un vaste débat sur la fiscalité en France avec pour lignes directrices la suppression du bouclier fiscal et de l'impôt sur la fortune. Or cette semaine, la majorité a clairement fait savoir qu'elle souhaitait plutôt aménager à la marge l'ISF. Sous couvert de ne pas prendre de "risques politiques inutiles", on prend celui de voir se dégrader davantage encore la compétitivité économique de notre pays.

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017