Aller au contenu principal
En ce moment
Exemple : Education, Europe, Santé
  • La France
    dans le bouleversement
    du monde

    Ouvrage - Octobre 2021
Auteur
Michel Duclos Diplomate

Michel Duclos est diplomate, ancien ambassadeur de France en Syrie (2006-2009) et en Suisse (2012-2014). Il a également été ambassadeur au COPS à Bruxelles (2000-2022) puis représentant permanent-adjoint de la France auprès des Nations Unies (2002-2006).

La France est confrontée à un monde dont les équilibres internationaux ont été radicalement ébranlés ces dernières décennies, de la chute du mur de Berlin en 1989 à la crise du coronavirus. Irruption de la Chine, "désoccidentalisation" du monde, nouvelle compétition technologique, changement climatique : autant de bouleversements qui comportent le risque d’une perte d’influence de la France.

La politique étrangère menée par Emmanuel Macron repose sur des intuitions fortes, de la souveraineté européenne à la stratégie pour l’Indopacifique, en passant par une nouvelle politique africaine, mais qui peinent à porter leurs fruits. L’expérience de ces dernières années - avec la tendance à un certain isolement de notre pays, à une forme de solitude stratégique -, montre que dans le monde d’aujourd’hui, il est de plus en plus difficile d’agir seuls.

Dans ce nouvel essai, notre conseiller spécial Michel Duclos brosse le portrait d’une France perçue comme en recul sur la scène internationale, et dont les doctrines de politique étrangère héritées du passé ne correspondent plus aux réalités actuelles. Face à l'ampleur des défis, il est temps pour les Français de réévaluer les priorités de l'action internationale. La France est-elle toujours capable de défendre ses intérêts ? Peut-elle encore se faire entendre dans ce monde en plein bouleversement ?

L’ancien ambassadeur livre ses clés de compréhension des mutations décisives qui sont en cours. Il appelle à réexaminer les ambitions françaises à l’aune d’un nouveau réalisme stratégique pour la prochaine décennie. À ce titre, l'échéance de l'élection présidentielle de 2022 sera pour la France l’heure d’un rendez-vous avec elle-même : l’occasion de s’emparer de ces questions et de construire un débat tourné vers l’avenir. Des choix en matière de politique internationale devront être opérés pour permettre à la France d’être à la hauteur des défis de son temps.

Une boussole déréglée

La fin de la guerre froide a déréglé la boussole stratégique qui orientait la politique étrangère de Paris. Établie par le Général de Gaulle, cette ligne de "politique de la grandeur" pour se dégager de l'étau de deux blocs a prévalu chez ses successeurs dans un contexte qui, entre-temps, a profondément changé. L’ouvrage propose une analyse fine des politiques étrangères menées par les présidents qui ont succédé à de Gaulle, et met en lumière le fil conducteur du "dépassement de Yalta" qui les anime. L’effondrement du bloc de l’Est a provoqué le dérèglement de cette boussole stratégique française. La France, puissance mondiale rattrapée par de nombreux concurrents, s’est retrouvée de plus en plus isolée sur la scène internationale, entre mondialisation "à marche forcée" et actes manqués vis-à-vis de la Chine et la Russie. L’aveuglement stratégique, empreint d’hubris et de naïveté, dont les démocraties occidentales ont fait preuve à l’aube du XXIe siècle, s'est révélé être le terreau fertile de modèles concurrents au monde libéral.

Un succès en demi-teinte

"S’il ne fallait retenir qu’une seule leçon des années Macron, ce serait la suivante : dans le monde d’aujourd’hui, la France n’a plus qu’exceptionnellement les moyens d’agir seule."

Quel bilan tirer de la politique étrangère de Macron ? Le constat de cet ouvrage est clair : se réclamant de tradition gaullo-mitterrandienne, Européen engagé et partisan du multilatéralisme, le huitième président de la Ve république s’inscrit bien dans la continuité de ses prédécesseurs, et n'opère pas de revirement majeur en matière de politique étrangère. Pour autant, Macron ne manque pas d’y imprimer sa marque personnelle, caractérisée par un changement de méthode autant que par un rajeunissement des concepts.

Il revendique une certaine liberté d’action et de ton par rapport aux schémas traditionnels, un engagement personnel intense et un style diplomatique basé sur le dialogue avec toutes les parties, que l’auteur définit comme un "réalisme de rupture". Une méthode qui peine à porter ses fruits, comme dans son maniement des autoritaires - notamment sa tentative de rapprochement vis-à-vis de la Russie, - son action au Sahel ou sa gestion des crises en Libye et en Syrie. Le bilan est plus convaincant dans deux champs d’action, la souveraineté européenne et le multilatéralisme efficace, que le président français s’est véritablement appropriés.

Vers un réalisme stratégique

Face à un environnement dont la nouvelle compétition Est-Ouest, les transformations technologiques et les risques climatiques induisent un bouleversement constant, la France doit se fixer de nouvelles priorités stratégiques pour jouer un rôle à sa mesure et exercer une influence réelle. L’axe essentiel de cette nouvelle politique doit être de faire émerger une véritable souveraineté européenne, gage essentiel de la défense de nos intérêts et de la restructuration de notre économie.

Le réalisme stratégique doit aussi pousser la France, comme l’Europe, à rebâtir un dialogue constructif avec les États-Unis. L’objectif devrait être de refondre la relation transatlantique autour des enjeux numériques et climatiques et d’une nouvelle répartition des rôles en termes géostratégiques. L’attitude que la France doit adopter face à la Chine - à travers le prisme européen et transatlantique - constitue la troisième priorité du renouvellement de notre action sur la scène internationale.

Enfin, le réalisme stratégique doit passer par un subtil équilibre entre hard et soft power de la France. Celle-ci doit rester un acteur politico-militaire tout en développant son influence dans le champs de la géoéconomie, en conservant sa vocation de défenseur du multilatéralisme, en imaginant enfin une "politique étrangère pour la jeunesse" c’est-à-dire une actualisation des principes des Lumières aux conditions d’un mode de vie désoccidentalisé et numérisé. C’est à la lumière de ces grandes orientations que la France peut rétablir une ligne de politique étrangère cohérente pour jouer un rôle à la mesure de son histoire et exercer une influence réelle.

Détails

 

La France dans le bouleversement du monde

Date de parution : 13/10/2021
Éditeur : L'observatoire Eds De
Collection : Essais
Format : 13cm x 21cm

 

Cet ouvrage est disponible en librairie et sur le site des Éditions de l'Observatoire.

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017