Aller au contenu principal
En ce moment
Exemple : Education, Europe, Santé

Transatlantic Trends 2020 - Quel regard porte la communauté transatlantique sur les grands enjeux mondiaux ?

BLOG - 30 Juin 2020

L’Institut Montaigne, en partenariat avec le German Marshall Fund of the United States et la Bertelsmann Foundation, publie aujourd’hui les Transatlantic Trends, un travail analysant les opinions transatlantiques sur les grands défis mondiaux avant et après le déclenchement de la crise du Covid-19. Il s’appuie sur un sondage réalisé par Kantar auprès de plus de 3 000 Français, Allemands et Américains, d’abord en janvier 2020, puis en mai, afin de mesurer l'impact de la pandémie sur les perceptions des deux côtés de l’Atlantique. 18 questions leur ont été posées, sur cinq grands enjeux internationaux contemporains : l’état de la relation transatlantique, la défense et la sécurité internationales, le commerce mondial, la relation avec la Chine, les enjeux numériques.

L'année 2020 a été marquée par une série de chocs politiques, économiques et sociétaux sans précédent qui ont mis à l'épreuve la résilience de la relation transatlantique. De la pandémie de Covid-19 et de ses implications mondiales, aux questions régionales telles que le risque d'escalade militaire avec l'Iran, en passant par les questions purement transatlantiques comme le retrait des troupes américaines d'Allemagne, les États-Unis et l'Europe ont connu une multiplicité de crises qui remettent en cause les termes du partenariat transatlantique.

Dans le même temps, la concurrence stratégique entre les États-Unis et la Chine est devenue un enjeu central des relations internationales. La crise de Covid-19 a révélé la montée en puissance de l'influence politique et économique de la Chine. Alors que les États-Unis se préparent à faire face à ce nouvel environnement géopolitique, les Européens n'ont pas encore défini leur rôle et leurs ambitions stratégiques.

La communauté transatlantique peut jouer un rôle essentiel pour relever ces défis, mais pour que nous puissions travailler dans un but commun, nous devons comprendre comment ces défis se présentent à nos sociétés respectives. Cette compréhension - la nécessité d'ancrer cette coopération dans les perceptions et les désirs de la population - est au cœur du projet Transatlantic Trends.

L'état des relations transatlantiques

Les États-Unis sont perçus comme la puissance mondiale la plus influente. Le relatif consensus demeure après le déclenchement de la crise du Covid-19 - par 55 % des Français, 54 % des Allemands et 76 % des Américains -, mais l'influence perçue de la Chine s'est accrue à la suite de la crise.

52 % des Américains perçoivent le Royaume-Uni comme la première puissance en Europe, tandis que 72 % des Français et 76 % des Allemands placent l'Allemagne à cette position.

On observe des perceptions différentes de l'Europe des deux côtés de l'Atlantique : 52 % des Américains perçoivent le Royaume-Uni comme la première puissance en Europe, tandis que 72 % des Français et 76 % des Allemands placent l'Allemagne à cette position. L'influence perçue de cette dernière en Europe a augmenté pendant la crise du Covid-19. Cela peut s’expliquer par une perception positive de la gestion de la crise par l’Allemagne, notamment comparée à la France.

Même en pleine crise du coronavirus, le changement climatique apparaît comme étant la première priorité de la coopération transatlantique pour les populations française et allemande. Sur ce point, les Démocrates américains sont alignés sur leurs partenaires européens, tandis que les Républicains n’érigent pas cette question en priorité de la relation transatlantique.

La sécurité et la défense internationales

Malgré le scepticisme affiché de l'administration Trump, le soutien américain à l'OTAN et à l'implication américaine dans la sécurité et la défense de l'Europe restent élevés, quelles que soient les affiliations politiques des sondés. Plus des deux tiers des Allemands et des Américains pensent que l'OTAN joue un rôle important dans la sécurité de leurs pays respectifs, tandis que les Français sont plus dubitatifs quant à l'importance de l'OTAN pour assurer la sécurité de leur pays.

Les sondés français expriment par ailleurs des signes d’une certaine "lassitude" de la guerre, sept ans après le lancement de l'Opération Serval au Mali. L'Allemagne, en revanche, se montre plus disposée à s'impliquer dans les questions de sécurité et les conflits internationaux, et à augmenter ses dépenses de défense, conformément aux appels de certains de ses partenaires - la France en tête - en ce sens.

Dans le contexte de la crise du Covid-19, la santé est naturellement devenue le défi sécuritaire le plus urgent dans les trois pays, pour 45 % des Français interrogés, 33 % des Allemands et 42 % des Américains. Néanmoins, le changement climatique reste un enjeu très important (désormais en deuxième position), en particulier chez les Allemands (24 %, contre 12 % pour les Français et les Américains).

Le commerce international

Les liens économiques entre l'Union européenne et les États-Unis se sont tendus au cours des dernières années. Cette tension s'est manifestée par une guerre commerciale permanente mise en œuvre par l'actuelle administration américaine pour accomplir la réciprocité économique. Cependant, malgré la position de Washington, les Américains et les Allemands estiment en grande partie (respectivement 28 % et 41 %) que la relation est mutuellement bénéfique, tandis que 49 % des Français interrogés considèrent qu’elle favorise davantage les États-Unis.

Par ailleurs, le soutien à un accord commercial transatlantique est élevé, atteignant une nette majorité dans les trois pays. Malgré la pandémie de Covid-19 et son impact sur le commerce transatlantique, les opinions restent largement les mêmes dans les trois pays : 54 % des Français, 58 % des Allemands et 66 % des Américains sont favorables à un accord commercial entre l'UE et les États-Unis.

54 % des Français, 58 % des Allemands et 66 % des Américains sont favorables à un accord commercial entre l'UE et les États-Unis.

Les relations avec la Chine

Washington et la Commission européenne ont adopté un ton plus dur à l'égard de la Chine ces dernières années, et l'opinion publique semble s’être alignée, surtout après la crise du coronavirus. En effet, la plupart des Américains (57 %), des Français (58 %) et des Allemands (61 %) portent désormais un regard négatif sur l'influence croissante de la Chine dans le monde, avec une augmentation d'environ 10 points dans chaque pays après le déclenchement de l’épidémie du Covid-19.

Si les avis divergent d'un pays à l'autre quant à la manière dont leurs gouvernements respectifs devraient s’adresser à la Chine sur certaines questions - les Français exprimant le plus fort désir d'adopter une position plus dure à l'égard de la Chine -, le soutien à une pression accrue sur des questions telles que le changement climatique, les droits humains et la cybersécurité est élevé.

Les enjeux numériques

L'économie numérique a été une source de tensions pour les partenaires transatlantiques, les Européens ayant cherché à réglementer et à taxer les géants américains de la technologie (GAFAs notamment), ce qui a engendré de vives réactions de la part de Washington. Mais l'opinion publique est unanime : même plus d’un tiers des Américains interrogés (38 %) pensent que les géants du numérique devraient payer plus d’impôts.

Sur d'autres questions, il n'y a pas de consensus : les Américains sont plus inquiets que les Français et les Allemands quant aux défis numériques, notamment en ce qui concerne la vie privée (54 % des Américains sont très inquiets, contre 46 % des Français et 30 % des Allemands), les cyberattaques (49 % des Américains expriment une vive inquiétude, contre 34 % des Français et 37 % des Allemands) et la désinformation (54 % des Américains se montrent très inquiets, contre 37 % des Français et 35 % des Allemands).

 

Dans l'ensemble, il apparaît que malgré le discours virulent du Président Trump à l’encontre de l'Union européenne (sur le commerce, la défense, etc.), l'opinion américaine semble "résiliente" dans sa reconnaissance de la valeur de la relation transatlantique. En effet, une solide majorité considère toujours qu'il est de la responsabilité des États-Unis de s'impliquer dans la défense et la sécurité de l'Europe, 3 Américains sur 4 pensent que l'OTAN joue un rôle important dans la sécurité des États-Unis, et deux tiers des Américains soutiennent un accord commercial entre les États-Unis et l'Union européenne.

 

Consultez l'intégralité de l'étude en anglais

 

A voir aussi

Ajouter un commentaire

Commentaire

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type='1 A I'> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id='jump-*'> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Seules les images hébergées sur ce site peuvent être placées dans une balise <img>.

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017