Aller au contenu principal
Exemple : Education, Europe, Santé

[Sondage] - Que pensent les Français des mobilisations anti-pass sanitaire ?

ARTICLES - 4 Août 2021

Par Institut Montaigne

Tous les mois, l'Institut Elabe interroge les Français pour Les Échos, l'Institut Montaigne et Radio Classique. Ce mois-ci, les Français et le pass sanitaire.

37% des Français approuvent la mobilisation contre le pass sanitaire, un niveau nettement inférieur au mouvement des "gilets jaunes"

Ces dernières semaines, plusieurs mobilisations ont eu lieu en France pour s’opposer à la mise en place et l’extension du "pass sanitaire".

37 % des Français approuvent la mobilisation contre le pass sanitaire, un niveau nettement inférieur au mouvement des "gilets jaunes". Quelques semaines après le début des manifestations s’opposant au pass sanitaire et à son extension, 20 % des Français soutiennent et 17 % ont de la sympathie pour la mobilisation. À l’inverse, 48 % s’y opposent (24 %) ou y sont hostiles (24 %). 15 % y sont indifférents.

Comparé aux autres mobilisations sociales depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, il s’agit d’un des niveaux les plus bas d’approbation. À titre d’exemple, il était de 73 % au début du mouvement des "gilets jaunes" et de 60 % au bout de quelques mois.

Dans le détail, ce sont les catégories populaires qui approuvent le plus la mobilisation anti-pass sanitaire (47 %), ainsi que les électeurs de Marine Le Pen (48 %) et ceux de Jean-Luc Mélenchon (45 %). À l’inverse, ce sont les personnes âgées de plus de 65 ans (64 %), les électeurs d’Emmanuel Macron (72 %) et ceux de François Fillon (62 %) qui la désapprouvent le plus.

Comparaison avec d’autres mobilisations sociales depuis le début du quinquennat

Pour une majorité de Français, présenter le pass sanitaire ne présente aucun problème, quel que soit le lieu

Vous personnellement, dans la vie de tous les jours, si on vous demande de présenter votre pass sanitaire dans chacune des situations suivantes, quelle serait votre réaction ?

Dans le cas où il leur serait demandé de présenter leur pass sanitaire, une majorité de Français le ferait sans problème (55 % à 63 % selon le cas de figure). C’est dans le cas d’un voyage en avion, train ou car que ce taux est le plus élevé, alors que c’est pour l’accès aux restaurants, bars et cafés qu’il est le plus bas.

Quel que soit le cas de figure, 17 % à 22 % des Français déclarent qu’ils le feraient mais par contrainte. En revanche, 19 % à 23 % ne seraient pas prêts à présenter un pass sanitaire dans ces différentes situations.

Ce sont les personnes de plus de 65 ans (66 % à 73 %), les électeurs de François Fillon (66 % à 74 %) et d’Emmanuel Macron (80 % à 85 %) qui sont les plus enclins à présenter leur pass sanitaire sans contrainte. À l’inverse, ce sont les 25-34 ans (36 % à 44 %), les catégories populaires (46 % à 53 %), les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (49 % à 57 %) et ceux de Marine Le Pen (49 % à 55 %) qui le sont le moins.

6 Français sur 10 favorables à la vaccination obligatoire, un chiffre stable depuis un mois

Ces derniers jours, la vaccination obligatoire contre la Covid-19 pour le grand public a été évoquée par un certain nombre de personnes dans le débat public. Vous personnellement, êtes-vous favorable ou opposé à la mise en place d’une vaccination obligatoire pour le grand public (adultes et adolescents) ?

61 % des Français sont favorables à la vaccination obligatoire pour le grand public (adultes et adolescents), dont 27 % très favorables et 34 % plutôt favorables. À l’inverse 39 % sont opposés, dont 21 % très opposés et 18 % plutôt opposés. Par rapport à la mesure d’il y a un mois, l’opinion est parfaitement stable au global à ce sujet.

Les électeurs d’Emmanuel Macron (82 %, +6) et de François Fillon (70 %, -6) sont très majoritairement favorables à la vaccination obligatoire pour ces deux populations. Ceux de Jean-Luc Mélenchon (55 %, +10) et de Marine Le Pen (55, +4 %) sont plus partagés.

Les plus de 50 ans (70 %) et les cadres (70 %) sont les plus nombreux à être favorable à la vaccination obligatoire, alors que les 25-34 ans (59 %) et les catégories populaires (49 %) sont les plus opposés.

Une majorité souhaite mettre en pause les réformes tant que l’épidémie n’est pas terminée, chiffre en progression

Selon vous, concernant les réformes de manière générale et la lutte contre le Covid-19, que devrait faire Emmanuel Macron pour les 9 derniers mois de son quinquennat ?

61 % des Français estiment que lors des 9 derniers mois de son quinquennat, Emmanuel Macron devrait attendre la fin de l'épidémie de Covid-19 avant de reprendre les projets de réforme, un chiffre en hausse de 6 points en seulement un mois. À l’inverse, 39 % (-4) considèrent que le chef de l’État devrait reprendre dès à présent les réformes même si l'épidémie de Covid-19 n'est pas terminée.

Les électeurs d’Emmanuel Macron (51 % mettre en pause, 49 % reprendre les réformes) et de François Fillon (53 % mettre en pause, 47 % reprendre les réformes) sont partagés sur cette question, alors qu’une majorité de ceux de Marine Le Pen (60 %) et de Jean-Luc Mélenchon (75 %) souhaite mettre en pause les réformes tant que l’épidémie n’est pas terminée. À noter que le souhait de mettre en pause les réformes progresse respectivement de 6 et 7 points en un moins auprès des électorats d’Emmanuel Macron et de François Fillon. 

 

Copyright : Pascal GUYOT / AFP

 

Consultez l'intégralité de l'étude

 

A voir aussi
  • Commentaires

    Ajouter un commentaire

    À propos des formats de texte

    Commentaire

    • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type='1 A I'> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id='jump-*'> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
    • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
    • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
    • Seules les images hébergées sur ce site peuvent être placées dans une balise <img>.

...

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017