Aller au contenu principal
Exemple : Education, Europe, Santé

[Sondage] - Les Français et les inégalités Femmes-Hommes

BLOG - 7 Mars 2019

Par Institut Montaigne

Tous les mois, l'Institut Elabe interroge les Français pour Les Echos, l'Institut Montaigne et Radio Classique, ce mois-ci la question posée portait sur les inégalités entre les femmes et les hommes.

Des inégalités dans le monde professionnel

C’est dans le monde du travail (salaires, accès à des postes de responsabilités, etc.) que les Français considèrent qu’il y a le plus d’inégalités entre les femmes et les hommes.

  • 85 % des Français estiment qu’il existe des inégalités salariales entre les femmes et les hommes
  • 79 % sur l’accès à des postes de responsabilités
  • 77 % sur la répartition des tâches ménagères
  • 73 % sur l’accès à tous les métiers
  • 65 % sur la répartition des tâches administratives
  • 59 % sur l’éducation des enfants
  • 51 % sur la présence dans les médias
  • 49 % sur l’accès à tous les sports

Sur l’ensemble de ces sujets, les femmes estiment qu’il y a plus d’inégalités que les hommes. Les écarts d’appréciation varient entre 6 et 14 points en fonction des sujets. C’est sur la répartition des tâches administratives que cet écart est le plus élevé (71 % des femmes considèrent qu’il existe des inégalités dans ce domaine contre 57 % des hommes) et sur la répartition des tâches ménagères qu’il est le plus faible (80 % des femmes contre 74 % des hommes).

Par rapport à la moyenne des Français :

  • Les personnes qui vivent dans les communes rurales considèrent qu’il existe plus d’inégalités sur l’ensemble de ces sujets.
  • Les personnes âgées de 65 ans et plus estiment qu’il existe plus d’inégalités notamment sur les sujets touchant à la vie professionnelle (salaires, accès
  • à des postes de responsabilité, accès à tous les métiers)
  • Les employés trouvent qu’il existe plus d’inégalités à la fois dans les domaines du travail (accès à tous les métiers), de la famille (éducation des enfants, tâches administratives) et des loisirs (présence dans les médias, accès à tous les sports).
  • C’est parmi les catégories sociales supérieures que l’on considère le moins qu’il existe des inégalités entre les femmes et les hommes dans chacun de ces domaines, avec des scores qui varient de 1 sur 2 sur l’accès à tous les sports à 8 sur 10 sur les inégalités salariales.
  • Les personnes âgées entre 18 et 24 ans sont les plus nombreuses à trouver qu’il existe des inégalités dans l’accès à tous les sports (60 % contre 49 % pour la moyenne des Français).

Une amélioration de la disparité

La majorité des Français considère que l’égalité entre les femmes et les hommes s’améliore. En revanche la perception d’une amélioration sur la question des salaires fait l’objet d’un jugement extrêmement mitigé.

  • 66 % des Français estiment que depuis quelques années l’égalité entre les femmes et les hommes s’améliore sur l’accès à tous les sports
  • 62 % sur l’accès à tous les métiers
  • 60 % sur la présence dans les médias
  • 58 % sur la répartition des tâches ménagères
  • 55 % sur l’éducation des enfants
  • 52 % sur l’accès à des postes de responsabilités
  • 47 % sur la répartition des tâches administratives (41 % pensent que l’égalité dans ce domaine n’a pas changé)
  • 44 % sur les salaires (41 % pensent que l’égalité dans ce domaine n’a pas changé)

Quel que soit le sujet, il y a moins de 15 % des Français qui considèrent que l’égalité entre les femmes et les hommes s’est dégradée depuis quelques années. Si dans les domaines des loisirs (sports, médias) et de la famille (tâches ménagères, éducation) les femmes et les hommes ont une appréciation semblable de cette amélioration, cela n’est pas le cas dans le domaine du travail :

  • 32 % des femmes pensent que l’égalité salariale s’améliore contre 56 % des hommes (24 points d’écarts).
  • 44 % des femmes pensent que l’égalité dans l’accès à des postes de responsabilité s’améliore contre 61 % des hommes (17 pts d’écarts).

Par rapport à la moyenne des Français et sur l’ensemble de ces sujets :

  • Parmi les différentes classes d’âge, ce sont les 25-34 ans qui considèrent que l’égalité entre les femmes et les hommes s’améliore le plus.
  • Parmi les différentes catégories socio-professionnelles, ce sont les cadres et professions intellectuelles supérieures qui jugent que l’égalité entre les femmes et les hommes s’améliore le plus.
  • Politiquement, ce sont les Français proches de La République en Marche et de la droite qui estiment que l’égalité entre les femmes et les hommes s’améliore le plus.

Des mesures jugées efficaces

Plus de deux tiers des Français jugent efficaces toute une série de mesures pour réduire les inégalités salariales entre les femmes et les hommes. Ils sont par contre plus partagés sur l’efficacité du congé paternité obligatoire.

  • 83 % des Français estiment que créer davantage de crèches inter-entreprise serait une mesure efficace pour lutter contre les inégalités salariales entre les femmes et les hommes
  • 74 % accorder davantage de droits à formation pour les salariés à temps partiel (qui sont en majorité des femmes)
  • 72 % développer le télétravail (en totalité ou en partie)
  • 69 % sanctionner par des amendes équivalentes à 1 % du chiffre d’affaire les entreprises avec des écarts de salaires
  • 68 % publier le nom des entreprises avec des écarts de salaires entre les femmes et les hommes
  • 66 % obliger les entreprises de plus de 1 000 salariés à publier un index (note sur 100) représentant les inégalités salariales entre hommes et femmes.
  • 55 % rendre obligatoire le congé paternité à durée équivalente au congé maternité

Ce sont les femmes qui sont les plus convaincues de l’efficacité de ces mesures, à l’exception du congé paternité obligatoire et de durée équivalente au congé maternité qui est jugé plus efficace par les hommes (62 %) que les femmes (50 %).

    Par rapport à la moyenne des Français :
    Les personnes âgées de 65 ans et plus sont celles qui jugent chacune de ces mesures le plus efficace (score toujours supérieur à 70 %), sauf en ce qui concerne le congé paternité obligatoire qui lui est considéré efficace par les deux tiers des 18-24 ans (68 %) et des 25-34 ans (63 %), contre seulement la moitié des 65 ans et plus (50 %).

    L’efficacité de trois mesures (crèches inter-entreprise, droits à la formation et télétravail) est partagée quelle que soit la préférence partisane des répondants. Par contre pour les quatre autres mesures (amendes, publication du nom des entreprises, publication d’un index d’inégalités salariales et congé paternité obligatoire), on constate des évaluations différentes en fonction de la préférence partisane.

    • Les sympathisants de gauche sont toujours au moins 6 sur 10 à considérer ces mesures comme efficaces.
    • Les sympathisants de La République en Marche sont toujours 7 sur 10 à considérer ces mesures efficaces sauf pour le congé paternité obligatoire pour lequel ils ne sont que 5 sur 10 à le trouver efficace.
    • Les sympathisants de droite sont ceux qui sont le plus partagés sur l’efficacité de ces mesures, notamment les amendes (53 %), la publication du nom des entreprises (55 %) et le congé paternité obligatoire (48 %).
    • Les sympathisants du Rassemblement National et les Français sans préférence partisane sont proches de la moyenne nationale sur la plupart des mesures.

     

    Consulter l'intégralité de l'étude

     

    Ajouter un commentaire

    Commentaire

    • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type='1 A I'> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id='jump-*'> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
    • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
    • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
    • Seules les images hébergées sur ce site peuvent être placées dans une balise <img>.

    Envoyer cette page par email

    L'adresse email du destinataire n'est pas valide
    Institut Montaigne
    59, rue la Boétie 75008 Paris

    © Institut Montaigne 2017