Aller au contenu principal
Exemple : Education, Europe, Santé

Les récentes élections municipales rebattent-elles les cartes du jeu politique turc ?

BLOG - 16 Avril 2019

Les élections municipales du 31 mars en Turquie sont aussi importantes que ne l'étaient celles qui ont eu lieu il y a 25 ans, en 1994. Cette année-là, les deux villes les plus importantes de Turquie, Ankara et Istanbul, ont élu au pouvoir les maires du précurseur islamiste de l'AKP (Parti de la justice et du développement). Ainsi commença la progression politique du mouvement islamiste, du niveau municipal au niveau national, et la montée en puissance du jeune politicien Recep Tayyip Erdoğan. Ce dernier a réussi à se faire élire maire d'Istanbul avec seulement un quart des suffrages exprimés, grâce à la fracture divisant le centre-droit et le centre-gauche.
 
Si ces élections peuvent rétrospectivement être considérées comme le signe avant-coureur de l'ère de la domination de l'AKP, les dernières élections pourraient ouvrir une nouvelle ère post-AKP. La principale différence entre les élections de 1994 et celles d’aujourd'hui, bien sûr, est qu'en 1994, les institutions turques chargées de la gestion des élections avaient très bien fonctionné. A contrario, les développements post-électoraux des 12 derniers jours indiquent que le Conseil électoral supérieur est en train d'abîmer sa propre autorité ainsi que sa légitimité, déjà fortement ébranlées par les mesures et décisions qu'il a prises.

Si ces élections peuvent rétrospectivement être considérées comme le signe avant-coureur de l'ère de la domination de l'AKP, les dernières élections pourraient ouvrir une nouvelle ère post-AKP.

Jusqu'à présent, le Conseil a enfreint ses propres règles en acceptant l'irrégularité, et a parfois mal plaidé en faveur d'appels exigeant un recomptage des votes nuls venant de l'AKP, à Istanbul et ailleurs. Pourtant, il n'était pas disposé à répondre favorablement à des appels similaires lorsque ceux-ci venaient du parti kurde HDP dans le sud-est du pays. Plus alarmant encore, le conseil d'administration a refusé de partager le document requis pour l'entrée en fonction officielle avec plusieurs maires élus du HDP (Parti démocratique populaire) et membres élus du conseil. Soi-disant parce que ceux-ci avaient été expulsés de leurs emplois précédents par un décret d'urgence.

Personne n'a su expliquer la raison pour laquelle une telle disqualification n'avait pas été identifiée lors du processus de sélection des candidats aux élections municipales. En outre, au lieu d’organiser de nouvelles élections, le Conseil a déclaré que les finalistes occuperaient leurs fonctions.

Selon la manière dont l'impasse artificielle d'Istanbul sera résolue, soit la Turquie rétablira progressivement ses pouvoirs électoraux, puis démocratiques, soit la légitimité de l'ordre politique de plus en plus autoritaire du pays sera compromise.

La dynamique des élections

Il y a 18 ans, le pays s'est rendu aux urnes dans un contexte économique difficile, ce qui a d'ailleurs permis à l'AKP de remporter sa première victoire électorale, lors des élections législatives de 2002. Après une campagne polluée par l’alarmisme et les intimidations, et menée sur un terrain de jeu inégal, l'électorat turc a rendu un verdict qui a surpris à la fois la nation et le monde, montrant ainsi que la politique électorale de la Turquie tenait toujours la route. D'un autre point de vue, près de la moitié de l'opposition de l'électorat à l'État dominé par l'AKP, qui a perdu de nombreuses batailles lors des élections et des référendums précédents, a finalement eu l'opportunité de faire entendre sa voix.
 
Les conditions douloureuses de la crise économique - la Turquie est officiellement en récession, avec une inflation oscillant autour de 20 % par an, et un taux de chômage aux alentours de 14 % - ont certainement influencé les préférences des électeurs. En partie en réaction à la mauvaise gestion économique, les régions les plus ouvertes sur l'extérieur, les plus productives et les plus dynamiques sur les questions sociales ont voté pour des candidats de l'opposition aux élections municipales, et leur ont ainsi donné accès aux mairies des grandes villes, bien que ceux-ci n’aient pas nécessairement obtenu de majorité dans les conseils municipaux.

Ces résultat ont ainsi confirmé le déclin de l'AKP au pouvoir, de même que le dysfonctionnement du système présidentiel, qui a été accepté lors d'un référendum très controversé en 2017 et inauguré à la suite des deux élections législatives et présidentielles de juin dernier. Après 25 ans d'ascension régulière et de consolidation de son pouvoir, le président Erdoğan s'est révélé plus faible que ne le laissent supposer ses succès électoraux et les arrangements politiques actuels. Son influence s'est estompée, et bien qu'il soit encore aujourd’hui l'homme politique le plus populaire du pays, il est à présent fortement contraint dans ses choix futurs par les tendances idéologiques de son partenaire politique actuel, l’ultra-nationaliste MHP (National Movement Party).

Après 25 ans d'ascension régulière et de consolidation de son pouvoir, le président Erdoğan s'est révélé plus faible que ne le laissent supposer ses succès électoraux et les arrangements politiques actuels.

En fait, l'exode des votes conservateurs de l'AKP vers le MHP dans le centre conservateur du pays, ainsi que l'absence de nombreux électeurs de l'AKP dans les urnes, témoignent du désenchantement ressenti par la base jusqu'alors loyale. Néanmoins, il est important de noter que la base n'est pas encore passée en nombre significatif dans les rangs de l'opposition.
 
Le soir des élections, l'AKP a finalement perdu le contrôle de neuf villes. Le parti détient actuellement la mairie de 39 des 81 municipalités turques. Malgré l’emprise totale du parti sur les médias, les conditions injustes et inégales dans lesquelles s’est déroulée la campagne électorale, la diffamation incessante de l'opposition, la peur alimentée par la menace présumée existentielle qu’impliquerait la défaite de la coalition au pouvoir et les dépenses massives, l'opposition a réussi à s'imposer dans les grands centres urbains. Les résultats d'Istanbul n'étant pas encore connus, l'opposition a remporté six des sept plus grandes villes de Turquie. À Istanbul, le candidat du CHP (Parti républicain du peuple) de l'opposition, Ekrem İmamoğlu, a recueilli 48,79 % des voix, devançant de moins de trois dixièmes de point de pourcentage le Binali de l'AKP Yıldırım, ancien Premier ministre de Turquie et récemment Président du Parlement.
 
Sur près de neuf millions de votes, la différence à ce stade du dépouillement s'élève à environ 15 000 votes. En plus d'Ankara, que l'AKP a déjà concédé à contrecœur, les principales villes qui se sont tournées vers l'opposition étaient İzmir, Adana, Antalya et Mersin. A l'exception d'Izmir, toutes ces villes étaient sous l'autorité de l'AKP ou de la MHP. Ensemble, ces villes, y compris Istanbul, représentent 60 % de la population turque et environ 62 % du PIB du pays.
 
Istanbul, la ville la plus peuplée de Turquie, a produit 31 % du PIB du pays en 2017. C'est non seulement le premier centre commercial et d'affaires de la Turquie, mais aussi le centre intellectuel et créatif du pays, qui accueille une population socialement et culturellement diverse et dynamique. À ce titre, c'est aussi une énorme source de création de rentes, de mécénat et de réseaux clientélistes. La perte d'Istanbul a de profondes ramifications qui ne se limitent cependant pas à la perte du pouvoir et de ressources matérielles. En tant que ville ayant résisté à l'établissement d'un système présidentiel lors du référendum de 2017, la perte d'Istanbul est également cruciale sur les plan politique et symbolique.
 
Istanbul n’est pas seulement la ville où a commencé l'ascension de M. Erdoğan vers le pouvoir suprême : en tant que capitale de l'Empire ottoman, sa capture électorale a été le symbole d'une victoire contre l'establishment séculaire dans l'imaginaire islamiste. Enfin, l’on sait aussi que le jour où le joyau de la couronne du pouvoir de l'AKP tombera, avec la capitale Ankara, la politique de l'opposition et les chances de son retour au pouvoir seront considérablement accrues.

La victoire de l'opposition dans les grands centres métropolitains n'aurait pas été possible sans le soutien des électeurs kurdes, qui soutiennent habituellement le HDP pro-kurde, ce dernier s'étant abstenu de présenter des candidats dans ces villes.

La victoire de l'opposition dans les grands centres métropolitains n'aurait pas été possible sans le soutien des électeurs kurdes, qui soutiennent habituellement le HDP pro-kurde, ce dernier s'étant abstenu de présenter des candidats dans ces villes. L'appel lancé par l'ancien coprésident emprisonné du HDP Selahattin Demirtas, exigeant que ses partisans laissent de côté les vieilles luttes et souffrances de l'histoire, et qu’ils soutiennent les candidats de l'opposition, y est aussi pour quelque chose. Tandis que les Kurdes ont prouvé qu'ils jouaient un rôle clé dans le processus électoral, la capacité de la coalition au pouvoir à rassembler environ 51 % des voix implique que le nationalisme turc est également bien vivant. Bien qu'il soit difficile de comparer précisément la répartition des votes entre cette élection et les précédentes, étant donné que, dans de nombreux endroits, ces élections ont été disputées par des alliances électorales, la plupart des analystes suggèrent que les 44 % annoncés ne reflètent pas le réel niveau de soutien à l'AKP. Ceci est dû aux particularités et aux complexités du nouveau système d'alliance.

En fait, les votes récoltés par le parti à lui seul s'élèvent sans doute à 40 %, et sont peut-être même inférieurs à cela. Il est important de noter qu'il n'y a pas eu beaucoup de votes croisés entre les blocs électoraux. Pourtant, il y a eu des divergences entre le bloc public de l'AKP et le MHP, ce dernier semblant avoir siphonné les votes du premier lors des élections au conseil municipal. Cela ne fait que renforcer le constat selon lequel M. Erdoğan est de plus en plus redevable au dirigeant du MHP, M. Bahçeli. De plus, la répartition démographique des votes suggère que l'AKP n'a plus le soutien des jeunes générations, et la tendance séculaire à la baisse du vote des jeunes, détectée pour la première fois lors du référendum de 2017, poursuit sa chute.

Malgré le fait que les grandes villes aient fait appel à l'alliance de l'opposition nationale (composée du CHP et du Parti nationaliste AIPI - le Bon Parti), et que le CHP ait fait des incursions au cœur de l'Anatolie, les divisions électorales restent en grande partie fixes. Le pays compte trois grands blocs électoraux sociologiques. Les Kurdes, l'Anatolie conservatrice, et les régions côtières, qui sont plus ouvertes sur le reste du monde, même si elles demeurent au fond très nationalistes. Ces blocs se distinguent les uns des autres par leur style de vie, leur idéologie, leur relation à la religion et leur approche du problème kurde. Les partis ont l'appui de groupes électoraux engagés et fidèles.

Cette réalité montre qu'à l'avenir, les résultats des élections nationales seront déterminés par les centres métropolitains, dont les électeurs délaissent l'AKP et où les groupes aux préférences pragmatiques et donc potentiellement changeantes sont quelque peu libérés des politiques identitaires. Reste à savoir si les plus fidèles partisans de l'AKP parmi les pauvres des villes, qui bénéficient de l'économie caritative créée par le parti, seraient prêts à changer d'allégeance lorsque les réseaux clientélistes des grandes villes seront contrôlés par l'opposition. Il est probable que l’opposition continuera à les aider....

Enfin, les élections ont également permis à un homme politique jusqu'alors relativement inconnu d’entrer en force sur la scène politique nationale. Le candidat du CHP au poste de maire Ekrem Imamoğlu, a surpris la plupart des observateurs électoraux avec sa campagne disciplinée, son approche positive, son calme, sa persévérance, sa capacité à former des coalitions et à envahir des circonscriptions auparavant impénétrables qui, jusqu’alors, demeuraient fidèles à l’AKP. Il a également géré l'agitation post-électorale des comptages et des recomptages à Istanbul avec calme, mais avec détermination. Il est resté en contact avec diverses circonscriptions, a tenu bon et a essayé d’affirmer clairement qu'il est bel et bien le maire élu d'Istanbul. Les sondages indiquent que les électeurs de l'AKP ne partagent pas l'hystérie qui gagne la direction de leur parti, les médias ayant permis de faire émerger de nouvelles figures politiques et ne favorisant pas une autre élection.

En attendant la décision du Conseil électoral supérieur d'Istanbul, la Turquie se trouve à la croisée des chemins. L’un de ces chemins conduira le pays à un rétablissement progressif des principes et processus électoraux et démocratiques, et éventuellement à un remaniement de la carte électorale. L'autre conduira à l'affaiblissement aggravé de l'institution qui confère sa légitimité à la démocratie turque, des élections et du caractère sacré de l'urne. Ce chemin serait une impasse. Reste à savoir si ces élections - et en particulier la perte du grand patronage et des machines à rente comme Istanbul et Ankara - mineront ou non le soutien électoral de l'AKP, si le premier chemin est emprunté.

Il n'est cependant pas imprudent de suggérer que ces élections marquent le début d’une nouvelle ère dans la politique turque - pour le meilleur ou pour le pire.
 

Copyright : BULENT KILIC / AFP

 

Ajouter un commentaire

Commentaire

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type='1 A I'> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id='jump-*'> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Seules les images hébergées sur ce site peuvent être placées dans une balise <img>.

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017