Aller au contenu principal
Exemple : Education, Europe, Santé

Lutte contre les déserts médicaux : va-t-on enfin développer la télémédecine ?

BLOG - 5 Juillet 2017

 

Angèle Malâtre-Lansac, Directrice déléguée à la Santé à l'Institut Montaigne, analyse les raisons du faible déploiement de la télémédecine en France.

Alors que la technologie semble prête, que 42 % des Français se disent prêts à téléconsulter (sondage BVA-Le Parisien, juin 2017) et que la question des déserts médicaux est une priorité pour le gouvernement, la télémédecine peine à se déployer. La Caisse nationale d'Assurance maladie (CNAM) va ouvrir une négociation sur le sujet en 2018 et propose dans son dernier rapport annuel de créer un fonds d'un milliards d'euros dédié à l'innovation "organisationnelle" qui pourrait financer la prise en charge de nouveaux modes de soins. Décryptage.

La lutte contre les déserts médicaux : grande priorité d’Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé.


 

Dans un entretien au Parisien, la nouvelle ministre annonçait que la lutte contre la désertification médicale serait une de ses grandes priorités. Parmi les solutions proposées : la télémédecine.


 

Avec 95 % de la population ayant accès à un médecin généraliste en moins de 10 minutes, et à un hôpital en moins de 45 minutes de voiture selon la DREES, la France semble plutôt bien lotie par rapport à des pays comme le Canada ou l'Australie qui ont largement développé la télémédecine face aux difficultés rencontrées par leurs populations pour avoir accès à des médecins.


 

En réalité, en France les délais d’attente s’allongent et la situation s’aggrave notamment dans la médecine générale. D’après le Conseil de l’Ordre, si rien n’est fait, la France aura perdu un quart de ses généralistes entre 2007 et 2025… Quand aux spécialistes, les délais d’attente moyens sont passés de 13 à 60 jours entre 2012 et 2017.


 

Cette désertification croissante ne touche pas que les zones rurales et périurbaines mais commence également à être une réalité dans les grandes villes.


 

Face à cette situation, le développement de la télémédecine semble être une des réponses et les freins techniques ont disparu : les technologies permettent aujourd’hui à tout un chacun d’être relié de façon instantanée et sécurisée avec un professionnel de santé à distance.


 

Télémédecine : de quoi parle-t-on ?


 

Inscrite dans le Code de la santé publique depuis 2010, la télémédecine recouvre cinq actes médicaux définis par un décret de 2010:

  • la téléconsultation : le patient, généralement accompagné d’un professionnel de santé, consulte un médecin à distance ;
  • la télé-expertise, dans laquelle le médecin demande son avis à un confrère ;
  • la télésurveillance qui permet l’interprétation à distance de données médicales ;
  • la téléassistance médicale au cours de laquelle un expert assiste un autre professionnel de santé pendant la réalisation d’un acte ;
  • la réponse médicale pour les médecins du centre d’appels du SAMU (pour orienter vers les urgences notamment).

 

Malgré ce décret, qui plaçait la France plutôt en avance sur le sujet par rapport aux autres pays de l’OCDE, et quelques centaines d’expérimentations, la télémédecine semble peiner à se déployer véritablement en France. Le dernier décompte officiel du ministère de la Santé date de 2013 et comptait 331 expérimentations de télémédecine.


 

Pour développer la télémédecine : changer les modes de tarification


 

La télémédecine semble pourtant être un outil efficace pour permettre aux patients d’avoir un accès immédiat partout sur le territoire à une médecine de qualité. Elle peut ainsi pallier en partie les déserts médicaux tout en permettant de réaliser des économies notamment de transport. Côté patients, elle peut également permettre d’éviter des déplacements peu confortables et de réduire le temps de prise en charge. Enfin, la télémédecine et notamment la télé-expertise et la téléassistance sont des outils au service du transfert des connaissances médicales.


 

En France, cette pratique se développe très peu, car le mode de rémunération n'est pas suffisamment incitatif : ni pour les professionnels de santé, ni pour les établissements de santé qui ne trouvent pas d’intérêt financier en l’état actuel à privilégier la télémédecine plutôt qu’une pratique "classique" de la médecine.


 

L’annonce par le directeur général de l’Assurance-maladie de l’ouverture d’une négociation conventionnelle sur le sujet en 2018 (uniquement sur la télé-consultation et la télé-expertise) montre une prise de conscience des pouvoirs publics. Reste à voir les moyens qui seront alloués pour développer ce formidable outil et comment les parties prenantes à la négociation parviendront à concilier impératifs budgétaires et intérêt des patients…

Pour aller plus loin :

Des déserts médicaux aux oasis de santé

 

Commentaires
ven 21/07/2017 - 10:46 Par Denise Silber

Concernant la mise en oeuvre ou développement de la télémédecine, j’ai une analyse un peu différente de ce qui est expliqué dans ce billet. Bien que la télémédecine ait été inventée pour pallier l’absence de médecins (sur les champs de bataille, dans l’espace, dans les prisons et ailleurs), si nous regardons où la télémédecine est bien développée dans le monde, ce n’est pas la pénurie qui déclenche le mouvement. Ce n’est pas non plus le remboursement d’actes individuels de télémédecine qui déclenche sa diffusion.

La première idée, « déployons la télémédecine en cas de désert médical » risque de condamner la télémédecine à être perçue comme un pis aller….lorsqu’un « vrai médecin » n’est pas disponible.

Le remboursement d’actes individuels de télémédecine augmentera le nombre d’actes, mais n’introduit pas d’efficience.

Que faire alors pour que la télémédecine trouve sa juste place ?

Regardons les exemples où la télémédecine est utilisée efficacement et à large échelle et nous verrons un fil conducteur. Il s’agit de systèmes où :1) hôpital et ville font partie d’une même gestion 2) les responsables du budget sont responsables de l’offre de soins 3) La télémédecine est intégrée ; elle n’est pas réservée à des zones géographiques, mais déployée partout comme un complément qui rend plus efficace le contact entre patient et professionnel.

Prenons deux exemples américains, le système des anciens combattants ou Vétérans (VHA) et Kaiser Permanente. Les Veterans ont introduit la télémédecine il y a 20 ans, quand ils ont introduit le budget a priori par diagnostic. Pour réussir à soigner un insuffisant cardiaque avec le budget « x », le VHA a déployé de la télémédecine par téléphone, chez tous, en complément de la visite physique, une télémédecine gérée par les infirmiers. Au fil des années, les outils ont été sophistiqués et aujourd’hui le VHA bénéficie d’un département de « santé connecté » qui propose divers objets aux patients. Chez Kaiser Permanente, après avoir testé puis systématisé l’usage du courriel éléctronique pour faire gagner du temps au professionnel et au patient, Kaiser réinvente des modèles de consultation « synchro ». La télémédecine n’est pas utilisée en cas de pénurie, ni pour dupliquer une consultation classique mais en présence du médecin traitant, pour relier divers absents (famille, aidants, spécialistes et autres personnes de l’équipe médicale). On peut citer aussi l’usage par la grande chaine de pharmacie, Walgreens, d’un « télé-chat » instantané entre patients et pharmaciens 24/7 pour apporter des conseils, notamment sur le bon usage des produits, mais aussi sur la prévention. Ces pharmaciens sont des professionnels qui tournent entre la pharmacie et le post de chat virtuel, pour ne pas perdre la connaissance des pharmacies.

En Israel, les assureurs (HMO) utilisent la télémédecine, en complément de la visite pour rendre plus efficient le suivi des patients chroniques, pour éviter la visite inutile aux urgences ou pour remplacer la visite pour un renouvellement d’ordonnance et d’autres actions qui n’ont pas besoin d’une rencontre. Au fur et à mesure de l’arrivée de nouveaux objets connectés, la visite à distance est de plus en plus riche. En Espagne, certains téléservices sont utilisés à Badalone, pour assurer une meilleure intégration des services médicaux et sociaux

Au total, la télémédecine est un outil qui permettrait de repenser et d’améliorer l’organisation du système de santé en combinant rendez-vous physiques et téléservices sur tout le territoire. Mais ce ne sera possible sans modifier le modèle économique, non pas pour simplement rembourser les actes de télémédecine, mais pour introduire une réelle logique de prévention et traitement des citoyens.


Ajouter un commentaire

Commentaire

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type='1 A I'> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id='jump-*'> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Seules les images hébergées sur ce site peuvent être placées dans une balise <img>.

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017