Rechercher un rapport, une publication, un expert...
Éclairages
Février 2024

Énergie :
des atouts à valoriser

Auteurs
Hugues Bernard
Chargé de projets - Climat et environnement

Hugues Bernard est chargé de projets sur les questions climatiques et environnementales à l’Institut Montaigne depuis 2022.

Raphaël Tavanti-Geuzimian
Chargé de projets - Économie

Raphaël Tavanti est chargé de projets sur les questions économiques à l’Institut Montaigne depuis 2023.

Personnes auditionnées
  • Pierre-Marie Abadie, Directeur Général, Andra
  • Morgane Augé, Directrice des affaires publiques, Orano
  • Antoine-Marie Bethenod, Chargé de missions affaires publiques, Orano
  • Rémi Borel, Membre de la direction des affaires publiques, EDF
  • Anne Brodu, Responsable communication, Andra
  • Thibault Cantat, Directeur du programme économie circulaire du carbone, CEA
  • Raphaël Danino-Perraud, Chercheur associé, IFRI
  • Mathieu De Carvalho, Responsable de la réglementation et des affaires publiques, Gas, LNG & Biogas, TotalEnergies
  • Laurent Dublanchet, Vice-président affaires européennes et internationales, Air Liquide
  • Matthieu Giard, Vice-président, Air Liquide
  • Olivier Guerrini, Directeur BU Biogas, TotalEnergies
  • Pascal Laroche, Conseiller auprès du PDG, TotalEnergies
  • Hoel Le Gallo, Senior Strategy Analyst, ENGIE
  • Armand Laferrere, Senior Executive Vice President, Orano USA
  • Bertrand Le Thiec, Directeur des affaires publiques, EDF
  • Roland Marion, Directeur Économie Circulaire, ADEME
  • Pierre Maurin, Directeur de Projet, Veolia
  • Maxime Morand, En charge des questions institutionnelles et des partenariats, Verkor
  • Gilles Moreau, Cofondateur et directeur du développement durable, Verkor
  • Jean-Michel Quilichini, Directeur de la Division Combustible Nucléaire, EDF
  • Sylvain Renouf, Directeur adjoint de la communication du site de la Hague, Orano
  • Raphaël Schellenberger, Député et Président de la commission d'enquête parlementaire sur la perte de souveraineté énergétique de la France
  • Sophie Schmidtlin, CTO, The Future is NEUTRAL
  • Nicolas Tcheng, Responsable des relations institutionnelles, Renault
  • Frédéric Terrisse, Directeur Général adjoint en charge des affaires publiques, ENGIE Bioz
  • Christophe Thomas, Directeur de la Stratégie et des Relations Externes, ENGIE GBU Renewables France & Europe
  • Emmanuelle Verger, Directrice EDF Hydro, EDF
  • Virginie Wasselin, Cheffe du service stratégie filière, Andra

 

Relecteurs :

  • Benjamin Fremaux, Expert associé, Institut Montaigne
  • Cécile Maisonneuve, Experte associée, Institut Montaigne
  • Maxence Cordiez, Expert associé, Institut Montaigne
  • Joseph Delatte, Expert Résident, Institut Montaigne

Dans cette série de "Notes d’éclairage", l’Institut Montaigne met à l’honneur cinq filières critiques qui constituent des atouts français, établis ou potentiels, à des degrés de maturité différents : l’hydroélectricité, le traitement-recyclage des combustibles usés du nucléaire, l’hydrogène bas-carbone, le biogaz et le recyclage des batteries électriques.

Ces cinq filières souvent méconnues du grand public, parfois désinvesties des décideurs, concourent toutes avec la même intensité à assurer notre souveraineté énergétique décarbonée. La transition énergétique ne repose pas sur une solution unique mais suppose de s’appuyer sur un ensemble de moyens en matière de réduction de la demande (sobriété et efficacité), de flexibilisation des usages, et de développement d’énergies bas carbone alternatives aux combustibles fossiles.

Pour certaines filières, il s’agit de conserver et de moderniser un atout existant, pour d’autres, de se positionner comme compétitives et viables sur la scène internationale. Cependant, toutes s’ancrent dans une même réalité : celle des décisions et de l’action politique.

Ce travail d’éclairage vise à valoriser les actifs naturels et industriels dont nous disposons d’ores et déjà et de mettre en lumière des arbitrages nécessaires pour ne pas avoir à décider sous la contrainte demain.

Le parc hydroélectrique

L’hydroélectricité est un atout historique de la France. Elle constitue notre deuxième source de production électrique, derrière le nucléaire, et place notre pays parmi les plus gros producteurs européens d’hydroélectricité aux côtés de la Norvège et de la Suède. Trop peu mise en avant par les pouvoirs publics, ses capacités de puissance, de stockage et de pilotabilité en font pourtant un atout essentiel au service de la transition énergétique. Un atout qu’il faut préserver en modernisant nos installations pour les adapter aux nouvelles donnes du dérèglement climatique et augmenter nos capacités de production. Alors que l’âge moyen du parc s’élève à une soixantaine d’années, la situation de l’hydroélectricité est paralysée depuis une décennie. Un différend d'ordre juridique entre la France et l’Union européenne empêche la modernisation du parc et une solution ne peut être trouvée sans l’arbitrage des décideurs français.

Retrouvez l'intégralité de la note Énergie : des atouts à valoriser - Le parc hydroélectrique

Le traitement-recyclage des combustibles usés du nucléaire

Le traitement-recyclage des combustibles usés du nucléaire illustre bien l’imbrication des enjeux de préservation de l’environnement mais également de compétitivité économique et industrielle. La France est l’une des rares nations à disposer d’une maîtrise industrielle de l’intégralité de la chaîne de valeur du nucléaire, depuis l’extraction du minerai jusqu’au traitement-recyclage du combustible usé. Cela constitue un élément essentiel de sa souveraineté énergétique. Si la relance du nucléaire annoncée par le président de la République en début d’année dernière traite du développement de nouvelles centrales, elle ne s’est pas encore penchée sur l’aval du cycle dont le besoin de renouvellement des installations est pourtant prégnant. À plus long terme, l’approche française devra réaligner les réflexions portant sur le cycle du combustible et celles sur la technologie de réacteurs, matrice stratégique au lancement du parc dans les années 70. Sans celle-ci, la France risquerait de ne pas pouvoir se projeter vers le nucléaire durable, seul en mesure de nous extraire de notre dépendance à un stock de ressources naturelles fini, et de ne pas être en mesure de résoudre à long-terme l’équation des déchets.

Retrouvez l'intégralité de la note Énergie : des atouts à valoriser - Le traitement-recyclage des combustibles usés du nucléaire

L’hydrogène bas-carbone

Le secteur de l’hydrogène bas-carbone est un domaine prometteur, même si son horizon de développement demeure plus lointain. Alors que le marché de l'hydrogène est en train de se construire en Europe, la France a les capacités de se positionner en producteur d’hydrogène bas-carbone, grâce à son parc nucléaire et renouvelable. La production d’hydrogène bas-carbone nécessite de fortes quantités d'électricité décarbonée, assujettissant de fait sa disponibilité aux capacités de production d’électricité en France et sa répartition entre les différents usages. Cette compétition des usages de l’électricité justifie le besoin de clarifier en amont quels volumes d’électricité bas-carbone sont mobilisables pour les acteurs du secteur de l’hydrogène. L’enjeu est d’éviter le surdimensionnement de la demande par rapport à l'offre effectivement existante. En complément d’une production locale, des importations d’hydrogène peuvent être vues comme une solution potentielle pour répondre à nos besoins de consommation. Une plus grande clarification des usages de l'hydrogène auprès des acteurs énergétiques permettra de réfléchir à un équilibre réaliste entre production et importation.

Retrouvez l'intégralité de la note Énergie : des atouts à valoriser - L’hydrogène bas-carbone

Le biogaz

Issu de la biomasse (principalement de déchets agricoles), le biogaz est en capacité de réduire les émissions de gaz à effet de serre de notre consommation de gaz. Produit sur le territoire français, il permet de réduire notre dépendance aux importations de gaz fossile (issu de la décomposition de matière organique en souterrain). Si la France dispose du deuxième gisement de biogaz en Europe, et du premier à horizon 2050, la part de biogaz injecté dans les réseaux de gaz (appelé "biométhane") ne représente qu'1,5 % du gaz injecté. Ce chiffre, en croissance, révèle la jeunesse de la filière en France. Le développement à grande échelle du biogaz nécessite de veiller à une gestion équilibrée des ressources en biomasse mobilisables tout en maintenant une logique de remplacement du gaz fossile par du biogaz, dans un contexte de décroissance tendancielle de la molécule gaz dans le bouquet énergétique. Ainsi, un arbitrage portant sur la répartition des ressources en biomasse entre les acteurs et ses différents usages doit permettre au biogaz de prendre toute sa part dans la transition énergétique.

Retrouvez l'intégralité de la note Énergie : des atouts à valoriser - Le biogaz

Le recyclage des batteries électriques

Le recyclage des batteries de véhicules électriques est un levier incontournable de la décarbonation des modes de transport. Les véhicules électriques fonctionnent pour la plupart aux batteries lithium-ion, dont la chaîne de valeur est en grande partie maîtrisée par des acteurs asiatiques, au premier rang desquels la Chine. Pour les économies française et européenne, l’essor du marché de véhicules électriques impose de penser une diminution partielle de la dépendance vis-à-vis des approvisionnements étrangers et des capacités chinoises de traitements de métaux alors que la demande de batteries électriques devrait être amenée à connaître une forte croissance. Le recyclage des batteries répond partiellement à cette exigence, puisqu’il permet de réinjecter les matières premières dans le circuit de production. Il réduit l’empreinte carbone sur le cycle de vie des objets qui les utilisent, à commencer par les véhicules électriques. Pour la France et l’Europe, l’enjeu s’articule donc autour de la structuration d’une filière industrielle de recyclage efficace bien que balbutiante, mais pour laquelle de nombreux outils réglementaires sont déjà en place (Alliance européenne sur les batteries, PIIEC, Pacte vert), et qui pourrait s’appuyer sur l'écosystème naissant à travers l’Europe. Plusieurs inconnues demeurent néanmoins, et méritent d’être éclaircies par les acteurs du secteur et les autorités compétentes, afin de garantir le modèle circulaire le plus efficace possible.

Retrouvez l'intégralité de la note Énergie : des atouts à valoriser - Le recyclage des batteries électriques

Recevez chaque semaine l’actualité de l’Institut Montaigne
Je m'abonne