Aller au contenu principal
Exemple : Education, Europe, Santé

Trump vs. Biden : L'élection du siècle

BLOG - 7 Septembre 2020

Les États-Unis éliront leur prochain président en novembre. Les élections vont déterminer également quel parti contrôlera le Congrès, et en particulier le Sénat, qui a actuellement une majorité républicaine. S'il y a jamais eu une élection fatidique à la fois pour l'avenir de la République américaine et pour l'ordre mondial actuel et ses institutions, c'est bien celle-là. Sur le plan politique, philosophique et certainement au niveau du tempérament, la distance entre les candidats est cette fois-ci plus grande que dans tout autre compétition de ce type de mémoire d'homme. Le résultat des élections sera donc probablement conséquent. Il pourrait conduire à un rétablissement de l'ordre institutionnel au niveau national et international, ou bien faire place à de nouvelles perturbations et à une polarisation accrue au niveau national et à un unilatéralisme américain plus affirmé au niveau international, avec un éventuel affaiblissement de l'Alliance atlantique.

Nous avons demandé à notre Visiting Fellow, Soli Özel, de répondre aux questions suivantes :

Pourquoi ces élections sont-elles si importantes et pas seulement pour les États-Unis mais, comme certains le prétendent, aussi pour le monde ?

L'actuel président des États-Unis a ainsi défini les prochaines élections : "Nous sommes dans une lutte pour la survie de notre nation et de la civilisation elle-même." Lorsque son rival Joe Biden a défini la compétition, il a déclaré : "L'histoire pourra dire que la fin de ce chapitre des ténèbres américaines a commencé ici ce soir... lorsque l'amour, l'espoir et la lumière se sont joints à la bataille pour l'âme de notre nation". Il s'agit d'un langage extra-politique plus en accord avec un épisode de Star Wars qu'avec un concours politique pour le mandat de gouverner le pays le plus puissant du monde.

La présidence de Trump, qui était elle-même fonction de l'intense et profonde polarisation sociale, religieuse et politique de la société américaine où "les 0,1 % d'Américains les plus riches ont maintenant à peu près autant de richesses que les 90 % les plus pauvres réunis", a exacerbé ces clivages. En tant que président, M. Trump s'est appuyé sur cette polarisation et l'a encouragée. Ayant affirmé que même lors des élections qu'il a effectivement remportées en 2016, il y a eu des fraudes électorales au cours desquelles des immigrants illégaux auraient voté en masse, et ayant nié l'ingérence russe, ce que même une commission sénatoriale à majorité républicaine a reconnu, M. Trump refuse de s'engager à concéder les résultats des élections s'il s'avère être le perdant. Par conséquent, une crise politique et constitutionnelle, comme celle qui a été enregistrée pour la dernière fois en 1876, se profile à l'horizon.

Tant l'ordre constitutionnel de la République américaine en tant que démocratie fonctionnelle que le type de rôle que les États-Unis sont susceptibles de jouer dans le système international, sont en jeu.

Le choix entre Trump et Biden dans ce contexte est un choix entre deux directions : une Amérique plus unilatéraliste contre une autre plus fidèle aux institutions multilatérales et à l'Alliance transatlantique ; une société plus égalitaire et plus inclusive sur le plan racial contre une autre plus démocratique ; une société où la suprématie blanche et le régime ploutocratique ne peuvent être remis en cause et seront protégés par la force brute ; un style de gouvernance plus respectif de la séparation des pouvoirs et qui donne du pouvoir aux agences du gouvernement fédéral contre un style qui suit la logique de la doctrine de la "présidence unilatérale", qui accorde au président des pouvoirs quasi illimités. Ainsi, tant l'ordre constitutionnel de la République américaine en tant que démocratie fonctionnelle que le type de rôle que les États-Unis sont susceptibles de jouer dans le système international, sont en jeu.

De quelle manière les conventions ont-elles eu un impact sur l'électorat, si tant est qu'il y en ait eu un ?

La plupart des conventions contemporaines des deux grands partis des États-Unis se sont transformées en manifestations d'unité au milieu d'une grande fanfare. Rares sont les occasions où la division des partis s'est manifestée ouvertement, ou comme lors de la Convention démocrate de 2016, par le mépris à peine déguisé que Bernie Sanders avait pour la candidate, Hillary Clinton. Cette division a sans doute coûté au parti les élections, car certains partisans de Sanders ont voté pour Trump ou n'ont tout simplement pas pris la peine de se rendre aux urnes. Cette année, dans le cadre des circonstances inhabituelles dues à la pandémie, les congrès se sont déroulés virtuellement. Le candidat d'un parti démocratique apparemment uni, Joe Biden, semble avoir obtenu un petit coup de pouce pour l’augmentation de sa popularité après la convention. Les intentions de vote de président Trump après la convention républicaine ont à peine bougé. Le public désapprouve fortement sa gestion de la pandémie, mais il apprécie sa gestion de l'économie, malgré le fait que le chômage reste élevé et que le plan de sauvetage pour les travailleurs américains n'a pas été renouvelé par les républicains au Sénat.

Dans le cas des démocrates, Biden représente une personnalité politique de milieu de gamme sûre et largement acceptée, dont l'agenda s'est déplacé plus à gauche, notamment sur les questions d'inégalité économique et de relations raciales au cours des primaires. Il est en bons termes avec ses anciens rivaux dans les primaires, notamment Bernie Sanders, dont Biden a besoin des supporters énergiques, et il a même choisi l'une de ses principale rivale, Kamala Harris, comme colistière. La plate-forme du parti démocratique est donc désormais plus proche d'un programme social-démocrate en termes européens et s'oriente favorablement vers un programme "vert". Elle privilégie également des relations meilleures et plus coopératives avec les alliés en Europe et en Asie, tout comme elle identifie la Chine comme le principal rival stratégique des États-Unis.

Pour les républicains, la convention s'est déroulée sous la forme d'une cérémonie de quatre jours de couronnement de Trump, qui apparaissait chaque soir à l'écran en tant que chef du parti, et de sa famille en tant que nouvelle dynastie. Pour la première fois de mémoire d'homme, ils n'ont pas préparé de programme pour le parti et ont accepté les préférences de Trump comme celles du parti. La convention a également été marquée par l'absence totale de la pandémie dans les discours, à moins qu'un prétendu succès ne soit mentionné. C'est pourquoi de nombreux commentateurs ont parlé de l'appropriation complète du GOP par Trump. Dans le sillage de la convention, comme il l'avait fait avant celle-ci, Trump a continué à ignorer la pandémie et s'est concentré sur les questions d'ordre public, la rage suscitée par les actions de la police et le racisme ayant généré des mouvements de masse et de la violence dans certaines villes. Il reste à voir si ce qui a fonctionné pour Richard Nixon en 1968 (une autre année connue pour sa violence urbaine) fonctionnera à nouveau, étant donné que Trump n'a pas l'intention de réprimer la violence. Comme l'a déclaré la conseillère sortante du Président, Kellyanne Conway, "Plus le chaos et l'anarchie, le vandalisme et la violence règnent, mieux c'est pour le choix très clair de qui est le meilleur en matière de sécurité publique et d'ordre public".

Que disent les sondages ?

La plupart des enquêteurs sont las de faire des déclarations définitives étant donné leur incapacité à prédire la victoire de l'atout en 2016. Un site de référence comme FiveThirtyEight calcule en moyenne qu'au début du mois de septembre, Joe Biden est toujours en tête. Mais la question de l'ordre public, qui commence à ronger la popularité initiale du mouvement Black Lives Matter, pourrait renverser la tendance contre Biden et en faveur de Trump. La plupart des experts s'accordent à dire que les femmes blanches, instruites, résidant en banlieue, détiennent la clé de cette élection. Aliénées par Trump, elles sont actuellement enclines à voter pour Biden, mais la violence croissante et sa présentation par l'administration et les médias pourraient changer cette position.

Il y a aussi la question du système électoral américain, dans la mesure où Biden peut gagner le vote populaire mais perdre au collège électoral, qui décide du résultat des élections. C'est la raison pour laquelle l'attention de tous est tournée vers les "swing states", où la participation sera déterminante pour désigner le vainqueur. Et c'est là aussi que les problèmes des démocrates se compliquent.

En tant que président, M. Trump s'est appuyé sur cette polarisation et l'a encouragé.

L'administration Trump et les gouverneurs et autres agents républicains n'ont cessé de proposer des mesures depuis presque des décennies pour entraver la participation des minorités ou des communautés qui seraient plus enclines à se tourner vers les démocrates par le biais de lois, de la réduction du nombre de bureaux de vote, du raccourcissement des heures de vote et du "gerrymandering".

Cette année, la Poste pourrait également se rendre complice de ces efforts extra-politiques pour faire basculer les élections vers les républicains. On estime que près des trois quarts des électeurs enverront leur vote par la poste. Le président Trump, malgré le fait qu'il vote lui-même par correspondance, a déclaré que le vote par correspondance était frauduleux et qu'il s'en servira probablement, s'il perd les élections, comme excuse pour contester les résultats et aller en justice. Il ne cédera pas, en particulier si les résultats le soir des élections montrent qu'il est en tête parce que ses partisans, peu disposés à porter des masques et défiant la pandémie au prix de leur vie, sont plus susceptibles de se rendre physiquement aux urnes que les électeurs démocrates, et peuvent produire un premier décompte qui lui fait gagner. Le décompte des votes par correspondance prendra beaucoup de temps et préparera l'arène politique à une crise constitutionnelle. Enfin, il semble peu probable que l'actuel ministre des Postes des États-Unis, l'un des principaux donateurs de la campagne "Trump", fera tout son possible pour que la poste dispose des ressources, de la main-d'œuvre et de l'organisation nécessaires afin de s'assurer que les bulletins de vote seront reçus et livrés à temps pour le dépouillement.

 

 

Copyright : CHANDAN KHANNA / AFP

 

A voir aussi
  • Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Commentaire

    • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type='1 A I'> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id='jump-*'> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
    • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
    • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
    • Seules les images hébergées sur ce site peuvent être placées dans une balise <img>.

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017