Aller au contenu principal
Exemple : Education, Europe, Santé

[Sondage] - Comment les Français perçoivent les mesures économiques face à la crise du Covid-19 ?

BLOG - 2 Avril 2020

Par Institut Montaigne

Tous les mois, l'Institut Elabe interroge les Français pour Les Echos, l'Institut Montaigne et Radio Classique, ce mois-ci la question posée portait sur les Français et les mobilisations sociales.

Les mesures d’aide aux entreprises et de protection des actifs sont très largement approuvées par les Français

Les mesures d’ordre économique et social qui ont pour objectif de protéger les entreprises et de venir en aide aux actifs prises par le gouvernement ces derniers jours sont très largement approuvées dans l’opinion :

  • La possibilité pour les employeurs de reporter le paiement des cotisations sociales et impôts (92% favorables, dont 49% très favorables)
  • L’aide de 1500 euros par mois pour les indépendants en cas de baisse du chiffre d'affaires de 50% (90%, dont 51%)
  • La généralisation du chômage partiel (84% du salaire net) pour les entreprises qui en font la demande (90%, dont 43%)
  • La possibilité de ne pas se rendre au travail dans la cadre d'un arrêt maladie pour les salariés n'ayant pas de solutions pour assurer la garde de leur enfant tout en travaillant (88%, dont 44%)
  • La prolongation de l'indemnisation des demandeurs d'emploi pour lesquels les droits à l'indemnisation arrivaient à leur terme pendant le mois de mars (88%, dont 41%)
  • L'interdiction pour les grandes entreprises de verser des dividendes aux actionnaires lorsqu'elles ont fait appel à des aides de l'État (87%, dont 59%)
  • Le report au 1er septembre de l'entrée en vigueur de la réforme de l'assurance chômage visant notamment à modifier les règles d'indemnisation des demandeurs d'emploi, initialement prévue le 1er avril (85%, dont 40%)

     

Mais les Français sont partagés sur les mesures dérogeant au code du travail

Pour 55% des Français, les mesures dérogeant au code du travail prises par le gouvernement (augmentation de la durée de travail hebdomadaire, la possibilité d’imposer les congés payés et RTT) sont justifiées dans cette période de crise sanitaire, afin d'éviter une crise économique. Elles ne sont en revanche pas justifiées car elles remettent en cause les droits des salariés pour 44% des Français. 1% ne se prononce pas.

D’un point de vue socio-économique, ces mesures sont justifiées pour la majorité des retraités (67% justifiées) et des cadres (62%). Les professions intermédiaires (46% justifiées, 52% pas justifiées) et les employés (49%, contre 49%) sont partagés. Les ouvriers estiment en majorité que ces mesures ne sont pas justifiées (40% justifiées, 60% pas justifiées).Politiquement, une large majorité des électeurs de François Fillon (80%) et d’Emmanuel Macron (77%) considère que ces mesures sont justifiées. Les électeurs de Marine Le Pen (46% justifiées, contre 54% pas justifiées) et les abstentionnistes (46%, contre 51%) sont partagés. Les électeurs de Benoît Hamon et de Jean-Luc Mélenchon contestent en majorité ces mesures (68% et 65% pas justifiées).

 

 

Dans le détail, 54% des Français sont favorables à l'augmentation, dans certains secteurs, de la durée maximale de temps de travail à 60 heures hebdomadaires au lieu de 48 heures et 44% sont favorables à la possibilité pour les employeurs d'imposer aux salariés de poser jusqu'à une semaine de congés payés et d'imposer la prise de jours de RTT et jours de repos.

 

Le droit de retrait pour raison sanitaire est justifié pour près de 8 Français sur 10

Pour 81% des Français, l'utilisation du droit de retrait dans le cadre de la crise du coronavirus en raison de risques importants dans plusieurs secteurs pour la santé des salariés est justifiée. A l’inverse, 18% considèrent qu’elle n’est pas justifiée dans ces situations car aujourd'hui les précautions sont prises dans la plupart des secteurs. 1% ne se prononce pas.

L’utilisation du droit de retrait est justifiée pour la majorité des Français au sein de toutes les catégories de population, et de manière particulièrement forte chez les employés (89%), les habitants du nord-est de la France (86%) et par les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (93%).

A noter que près d’un quart des résidents des communes de 2 000 à 20 000 habitants (26%) et des retraités (22% pas justifiée) considèrent que le droit de retrait n’est pas justifié. Ainsi que près d’un tiers des électeurs de François Fillon (35%) et d’Emmanuel Macron (29%).

 

 

A voir aussi
  • Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Commentaire

    • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type='1 A I'> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id='jump-*'> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
    • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
    • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
    • Seules les images hébergées sur ce site peuvent être placées dans une balise <img>.

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017