Aller au contenu principal
Exemple : Education, Europe, Santé
  • Université : pour une nouvelle ambition

    PUBLICATION - avril 2015
Si des progrès ont pu être réalisés ces dernières années, les universités souffrent encore d’un déficit de pluridisciplinarité, d’internationalisation et de professionnalisation et notre système reste l’un des plus inégalitaires. Dans un contexte français marqué par de multiples fractures et segmentations, des gains d'efficacité importants sont possibles, à moyens budgétaires constants. Il en va du développement économique, social et intellectuel de notre pays.

À la croisée des politiques publiques, notre système d’enseignement supérieur et de recherche favorise la croissance de notre pays, l’insertion professionnelle de nos jeunes et la formation continue des salariés des entreprises françaises. Et pourtant les universités atteignent les limites de leur modèle : malgré une succession de réformes et un pas fait vers l’autonomie, la sélection se fait aujourd’hui par l’échec, notre système est l’un des plus inégalitaires au monde et les parcours académiques pâtissent d’une absence de transversalité et de professionnalisation.
 
Quel modèle de gouvernance inventer pour aller plus loin dans l'autonomie des universités et leur ancrage dans les territoires ? Comment concilier excellence et réussite de tous ? Comment faire des enseignants les leviers du changement ? Il est temps de faire de nos universités le moteur de l’économie de la connaissance en leur confiant nos meilleurs élèves, en s'appuyant sur le talent de nos chercheurs, en renforçant leur rôle au sein des territoires et en rénovant leur gouvernance.

34,2%

des bacheliers généraux obtiennent leur licence en 3 ans
(2,2% des bacheliers professionnels
et 7,1% des bacheliers technologiques)


1,3%

part du PIB consacrée à l’enseignement supérieur

Téléchargements
Dans les médias
Expérimentation, frais d'inscription, sélection : entretien avec Thierry Pech et Laurent Bigorgne
DANS LES MÉDIAS | 1 décembre 2015
Après le colloque organisé en partenariat avec AEF le 6 octobre 2015, Thierry Pech, directeur général de Terra Nova, et Laurent Bigorgne, directeur général de l'Institut Montaigne, reviennent pour AEF sur l’enjeu crucial, selon eux, de l’autonomie des établissements et plaident pour la diversité des modèles d’université, de leur gouvernance et la différenciation des parcours de formation. Terra Nova souhaite un "État régulateur" tandis que Laurent Bigorgne s’interroge sur la nécessité même d’un ministère. Les deux Think Tanks se retrouvent pour réclamer plus de moyens à l’État, condition pour amorcer une augmentation "modérée" des frais d’inscription. Ils souhaitent également plus de stabilité mais prônent, pour faire évoluer le système, le droit à l'expérimentation. Thierry Pech et Laurent Bigorgne jugent enfin qu’il faut sortir des clivages habituels et avoir des consensus larges.
Faut-il (encore) réformer l'université ?
DANS LES MÉDIAS | 29 septembre 2015
Chaque année, les classements internationaux, celui de Shanghai en tête, nous rappellent que l’attractivité de nos universités et de nos grandes écoles est encore loin d’être à la hauteur de notre rang dans la compétition économique mondiale. Handicapé par plusieurs spécificités héritées de son histoire, l'enseignement supérieur français pâtit d’un système divisé : scissions entre enseignement supérieur et organismes de recherche, entre universités et grandes écoles, mais également entre disciplines. Une réalité aussi coûteuse que dommageable.
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017