L’Institut Montaigne est un think tank indépendant. Sa vocation est d’élaborer des propositions concrètes dans les domaines de l’action publique, de la cohésion sociale, de la compétitivité et des finances publiques.

Emploi et Formation professionnelle

Emmanuel
Macron


EM

Réformer l’assurance chômage
Coût 2,9 Md€ par an
Créer des "emplois francs" pour encourager l’embauche des habitants des 200 quartiers prioritaires de la politique de la ville. Quel que soit le lieu où elle se situe, une entreprise qui recrutera en CDI un habitant de l’un de ces quartiers bénéficiera d’une prime de 15 000 euros sur 3 ans.
Développer les périodes de pré-apprentissage et les filières en alternance dans tous les lycées professionnels.
Former 1 million de jeunes et 1 million de demandeurs d’emploi peu ou pas qualifiés.
Préparer des licences professionnelles sur trois ans et en alternance.

Marine
Le Pen


FN

Créer un dispositif "premier emploi" qui exonère totalement de charges la première embauche d’un jeune de moins de 21 ans par une entreprise et ce pour un délai maximum de 2 ans.
Développer des lycées professionnels ou technologiques de la seconde chance sur tout le territoire pour les élèves sortis du système scolaire sans diplôme.
Retirer la loi Travail (dite loi El Khomri).
Revaloriser le travail manuel par l’établissement de filières professionnelles d’excellence (suppression progressive du collège unique, autorisation de l’apprentissage à partir de 14 ans).

François
Fillon


LR

Aligner les conditions de travail des apprentis sur celles des autres salariés.
Confier aux régions la gestion des lycées professionnels et des centres de formation d’apprentis, en association avec les branches professionnelles, pour l’enseignement professionnel et l’apprentissage.
Recentrer le code du travail sur les normes sociales fondamentales et renvoyer le reste aux accords d'entreprise.
Relever les seuils sociaux de 10 à 50 salariés et de 50 à 100 salariés.

Benoît
Hamon


PS

Abroger la loi Travail et rétablir la hiérarchie des normes afin que le code du travail continue de prévaloir sur les accords négociés par les branches et les entreprises, sauf lorsque les accords apportent une protection supplémentaire aux salarié.e.s.
Accompagner la création de 500 000 emplois dans l'économie sociale et solidaire.
Créer un droit de veto pour les représentant.e.s des salarié.e.s élus au comité d’entreprise sur les grands choix stratégiques dans les entreprises de plus de 2000 salarié.e.s. Ce veto pourra porter sur les choix de l’entreprise en termes de délocalisation, de digitalisation, d’utilisation des fonds publics (CICE, CIR), de robotisation ou de fermeture d’usine.
Donner corps à un droit universel à la formation tout au long de la vie. Cela passe par un rapprochement entre la formation continue et la formation initiale ainsi que par une meilleure prise en compte des certifications et qualifications obtenues à l’issue des formations. Les universités et écoles seront amenées à devenir les principaux acteurs de la formation continue, ce qui suppose d’investir dans l’ingénierie pédagogique et dans la promotion de cette offre nouvelle.
Rendre obligatoire le droit à la déconnexion.

Jean-Luc
Mélenchon


LFI

Mettre en place une allocation d'autonomie pour ceux qui suivent une formation qualifiante.
Réaffirmer dans les faits le CDI comme norme du contrat de travail.
Remplacer les "emplois d'avenir" par un "contrat jeune" d'une durée de cinq ans, dans le secteur non marchand et public, ouvrant droit à une formation qualifiante en alternance ou à une préparation aux concours de la fonction publique.
Revenir sur les élargissements du travail du dimanche.
Choisissez un candidat
Choisissez un thème
Comparer les propositions
des Autres candidats
sur le thème avec
Consulter les propositions
des Autres candidats
sur le thème