Aller au contenu principal
Exemple : Education, Europe, Santé

Face aux États-Unis et à la Chine, le dilemme européen

BLOG - 14 Septembre 2020

Entre une Chine qui fait peur et des États-Unis qui l'ignorent, quelle attitude doit adopter l'Europe ? La seule qui vaille est de décliner ses priorités avec plus de clarté qu'elle ne le fait aujourd'hui, écrit Dominique Moïsi.

Y aura-t-il demain sur les places des villes européennes, des statues à la gloire de Donald Trump et de Xi Jinping ? C'est peu probable. Pourtant les deux dirigeants font, chacun à leur manière, des efforts considérables pour "réveiller" l'Europe. Le président Trump, comme un miroir grossissant, est l'incarnation d'une Amérique qui a cessé de rassurer l'Europe. Le président Xi Jinping, lui, inquiète de plus en plus par ses mots comme par ses actes.

Accélérateur de l'histoire, sinon véritable tournant, le Covid-19 n'a pas seulement amplifié le divorce grandissant entre les États-Unis et la Chine. L'épidémie a aussi détérioré la perception que les Européens ont des Américains… et des Chinois. Qu'est-il advenu du rêve américain ? La gestion de l'épidémie par l'administration Trump a consolidé une perception négative des États-Unis qui commençait à s'élargir. Peut-on continuer à dépendre d'un pays si incapable de se protéger lui-même ? Personne en Europe ou dans le monde ne rêvait de devenir chinois, mais l'insolente réussite économique de l'empire du Milieu était un objet de respect, sinon d'admiration. Tant de chemin parcouru en si peu de temps.

Propos incendiaires

Mais, aujourd'hui, la Chine fait tout simplement peur. Il suffit d'écouter les propos incendiaires, tenus il y a quelques jours par le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, contre le président du Sénat tchèque, Milos Vystrcil. Ce dernier avait eu l'audace de conduire une délégation à Taïwan. Cette "trahison" faisait de lui "l'ennemi de un milliard quatre cent millions de Chinois". Ces propos ne sont certes pas nouveaux. La Chine continentale a toujours été très susceptible sur la question de Taïwan. Mais la colère chinoise passe mal. Elle se manifeste dans un contexte nouveau, caractérisé par un mélange de défiance face à la parole chinoise et d'inquiétude face à ses actions contre les Ouïgours, les Chinois de Hong Kong, sans oublier les menaces sur Taïwan ou l'activisme fébrile de sa marine en mer de Chine.

Tout se passe comme si l'absence de transparence de la Chine face à la pandémie et son absence de retenue dans ses comportements [...] avaient ouvert les yeux des Européens sur la réalité chinoise.

Tout se passe comme si l'absence de transparence de la Chine face à la pandémie et son absence de retenue dans ses comportements commerciaux, économiques, tout autant que diplomatiques et stratégiques avaient ouvert les yeux des Européens sur la réalité chinoise. Certains Européens rêvaient de n'être ni du côté de la Chine ni du côté des États-Unis, de ne dépendre ni de l'une ni des autres afin d'établir une position d'équilibre quasi parfait entre la puissance d'hier et celle de demain. Cette position n'était pas partagée par tous.

"L'Europe doit être à 75 % pro-américaine et à 25 % pro-chinoise", suggérait récemment, lors de la conférence annuelle du think tank européen Brueghel, une personnalité intellectuelle et politique de l'Europe du Nord. Le résultat des élections américaines peut certes affecter ce délicat équilibre. Mais l'impact d'une victoire de Joe Biden ne saurait être ni sous-évalué ni surévalué. Biden élu effectuera (si le Covid-19 le permet) ses premiers déplacements officiels auprès de ses alliés européens.

Âge de raison et âge de Trump

Le sentiment prédominant en Europe ne sera-t-il pas, alors, qu'une parenthèse vient de se refermer et que l'âge de la raison l'a emporté sur l'âge de Trump ? Le retour des États-Unis à la "normale", coïncidant avec la poursuite du durcissement des positions de la Chine, poussera-t-il l'Europe à se rapprocher davantage des États-Unis ? Quand la Chine menace de s'en prendre militairement à Taïwan ou remet en question le statut de Hong Kong, il n'est pas question pour l'Europe de choisir une position intermédiaire entre la Chine et les États-Unis. Au temps de la guerre froide, même après le départ de la France de l'organisation militaire intégré de l'Otan, le général de Gaulle insistait sur le fait que Paris demeurait l'"ami des mauvais jours" de Washington. La différence aujourd'hui tient au fait que la Chine, contrairement à l'URSS, est une puissance globale. La compétition avec elle est tout autant géoéconomique que géopolitique, les deux étant souvent étroitement imbriquées. Dépendre de la 5G chinoise n'est-il pas, toutes proportions gardées, l'équivalent de la dépendance à l'égard du gaz russe ? Ne peut-on aller jusqu'à considérer qu'une énergie qui vous place en situation de dépendance par rapport à un pays autoritaire peut être considérée elle aussi comme polluante, non pas climatiquement mais politiquement ? Par ses dérapages verbaux répétés, la Chine semble vouloir nous démontrer à quel point il serait dangereux de dépendre trop exclusivement d'elle.

Pourtant, le choix de l'Europe n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît. Les États-Unis, même avec Joe Biden à leur tête, ne redeviendront pas pour l'Europe l'assurance-vie qu'elle était. L'éloignement sinon le désintérêt à l'égard de l'Europe est profond, tout comme, plus globalement, la fatigue des États-Unis à l'égard de ses engagements internationaux.

Réflexes nationalistes

En définissant sa position - dans une compétition américano-chinoise qui va occuper une place toujours plus grande dans les équilibres mondiaux -, l'Europe choisit son destin. Elle devra décliner ses priorités avec plus de clarté qu'elle ne le fait aujourd'hui. Là encore, l'exemple de la lutte contre le Covid est plein d'enseignements. La pandémie a en effet, tout à la fois, renforcé les réflexes nationalistes et fait la démonstration que les nations ne pouvaient se sauver seules. L'indépendance, la résilience des nations européennes passe par plus d'Europe. Il serait certes exagéré de dire "Covid, Chine, même combat". Mais les pays du sud, du centre et de l'est de l'Europe, qui ont pu être séduits par l'idée de jouer égoïstement la carte chinoise, doivent désormais comprendre que l'ambition de la Chine n'est pas de les enrichir, mais de "nous diviser" pour mieux nous contrôler, sinon nous dominer demain. "Soyez forts, on ne respecte que les forts", disait Golda Meir, l'ancienne Première ministre d'Israël. La formule s'applique parfaitement à l'Europe d'aujourd'hui. L'Europe doit mener avec finesse - et dans l'unité - un exercice de géométrie variable qui la maintienne en même temps bien plus proche de Washington que de Pékin, sans lui faire oublier ses intérêts bien compris. Les Européens en sont-ils capables ?

 

Copyright : Brendan Smialowski / AFP

Avec l'aimable autorisation des Echos, publié le 11/09/2020

 

A voir aussi
  • Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Commentaire

    • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type='1 A I'> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id='jump-*'> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
    • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
    • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
    • Seules les images hébergées sur ce site peuvent être placées dans une balise <img>.

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017