Aller au contenu principal
Exemple : Education, Europe, Santé

L'été de Montaigne : nos huit recommandations de lecture

Analyses - 27 Juillet 2022

Par Institut Montaigne

Cet été, nous proposons à nos lecteurs d'approfondir les réflexions que mène l'Institut Montaigne sur les grands enjeux domestiques et globaux, en découvrant huit ouvrages qui sont autant de clés pour mieux saisir le monde tel qu'il vient. Des lectures pour comprendre mais aussi voyager ou s'émouvoir. Des États-Unis à la Russie en passant par la place Tahrir, du changement climatique à l'intelligence artificielle, cette sélection a été réalisée par huit personnalités représentant l'Institut Montaigne, son comité directeur, son équipe et ses experts.

Henri de Castrie - Jill Lepore, These truths, history of the United States

Les vérités de Jill Lepore nous permettent de mieux comprendre ce grand pays ami et allié que sont les États-Unis. Alors que, chaque jour, l'actualité nous renvoie aux heures les plus sombres de son passé, l'historienne conduit un exercice remarquable, salutaire pour nos démocraties, en retraçant les grands jalons qui ont permis aux États-Unis de faire nation. Depuis l'âge des découvertes jusqu'à nos jours, ce très grand texte nous éclaire aussi sur l'avenir d'un pays, et du monde qu'il a façonné avec lui.
 

Marguerite Bérard, membre du Comité directeur de l'Institut Montaigne - Directrice des Réseaux France de BNP Paribas

J’ai couru vers le Nil est le récit de l’échec de la révolution égyptienne de 2011. Autour de la place Tahrir, les destins d’une vingtaine de personnages s’enchevêtrent en un roman choral : le pieux général tortionnaire, le bourgeois copte spécialisé dans les seconds rôles au cinéma, l’enseignante non voilée enthousiasmée par l’élan des étudiants qui occupent la place… chacun contribue à dresser peu à peu le portrait mosaïque du Caire. La plume d’El Aswany est tour à tour brutale, ironique, poétique, porteuse d’espoir et de désenchantement. Ce grand roman, toujours interdit dans la plupart des pays du monde arabe, permet de revenir plus de 10 ans après sur les "Printemps arabes".

Marguerite Bérard - Alaa El Aswany, J’ai couru vers le Nil

 

Hakim El Karoui - Stéphane Beaud, La France des Belhoumi

Rares sont les études sociologiques qui se lisent comme un roman d’apprentissage. C’est pourtant le cas avec cet ouvrage, fruit d’une longue enquête auprès d’une famille, les Belhoumi que l’auteur a suivi pendant plus de cinq ans, au point de devenir un confident des enfants qui ont compris comment il pouvait être le médiateur d’une histoire familiale qui était tue. À travers son récit, plusieurs biographies s’entremêlent. Elles racontent l’histoire de l’installation des parents algériens, de l’émancipation des filles aînées, de leur rôle d’adulte-intégrateur pour leurs frères et d’une progressive acculturation, d’allers et retours, de heurs, de malheurs mais aussi de bonheurs. L’histoire d’une famille française !

Anne Bouverot, contributrice sur les questions IA, Présidente du Conseil d'Administration de Technicolor et Présidente de la Fondation Abeona

Alors que l'intelligence artificielle est de plus en plus annoncée comme solution universelle, le Contre-Atlas de l’Intelligence Artificielle, nous permet de prendre un moment pour réfléchir à ce que cela implique vraiment. Quelles ressources naturelles, matérielles, humaines sont nécessaires pour l’IA ?  Quels jeux de pouvoir renforce-t-elle ? Quels biais sont inscrits dans les bases de données ? Kate Crawford nous invite à la suivre dans une cartographie extensive de l’IA: ses coûts et ses impacts environnementaux, sociaux et politiques. À lire dans avec l’objectif, bien sûr, de s’assurer que l'IA soit plus responsable, durable et inclusive dans les années à venir !

Anne Bouverot - Kate Crawfort, Contre-atlas de l'intelligence artificielle

Joseph Dellatte, research fellow sur le Climat, l'Énergie et l'Environnement - Programme Asie

Joseph Delatte - Kim Stanley Robinson, The Ministry for the future

Ce livre est sensationnel. Le roman se déroule dans un futur relativement proche, futur où le monde cherche à trouver des solutions politiques, sociales, technologiques, et économiques aux changements climatiques. Le livre s’articule surtout autour de la création d’une institution internationale qui a pour objectif de veiller à l’application de l’accord de Paris. C’est un livre assez positif, malgré son objet. J’apprécie particulièrement le point vue de ce livre car il évoque, avec les mots d’un écrivain, la réalité crue de la gouvernance climatique internationale et notamment la très grande difficulté à faire coïncider action climatique et intérêts particuliers des États.

Florence Verzelen, membre du Comité directeur de l'Institut Montaigne, Directrice Générale Adjointe de Dassault Systèmes

La décision de Karine Tuil est un livre passionnant. Il nous fait rentrer dans le quotidien d’une juge d’instruction anti-terroriste, au cœur de ses doutes et de ses interrogations. C’est aussi l’histoire d’une femme qui essaye de rester debout et forte, en dépit de la difficulté de ses choix personnels et professionnels. C’est un roman qui parle de vérité, de justice, de couple, de rapport à la religion et qui parlera à tous ceux qui ont eu à se poser ces questions un jour.
 

Florence Verzelen - Karine Tuile, La décision

Paul Hermelin, membre du Comité directeur de l'Institut Montaigne, Président du conseil d’administration de Capgemini

Paul Hermelin - Svetlana Alexievitch

Svetlana Alexievitch rassemble des confidences dès le début des années 2000 dans une Russie traumatisée par les années Eltsine. Sur le même modèle que ses livres sur Tchernobyl et l’aventure soviétique en Afghanistan, elle dresse un tableau criant d’actualités par lequel les russes réévaluent les années de fer et finissent par concéder que la terreur stalinienne était peut-être le prix acceptable pour compter au nombre des grandes nations.

Crise climatique, inégalités, pandémie, populisme : comment prendre des décisions pour agir efficacement dans un contexte où nos sociétés démocratiques sont menacées ? La thèse de Framers est tout à la fois simple, brillante et convaincante : quels que soient les progrès phénoménaux des intelligences artificielles, l’humain est sans rival dès lors qu’il s’agit de définir un problème et de construire des modèles conceptuels sur la façon d'aborder le monde. « Les ordinateurs fonctionnent dans un monde qui existe ; les humains vivent dans ceux qu'ils imaginent à travers le cadrage ». Il n’appartient qu’à nous d’apprendre à façonner les cadres de pensée qui déterminent nos décisions et actions pour donner un sens à l’irruption brutale du nouveau, de l’inconnu, bref à ce qui semble désormais être l'ordinaire de nos vies… 

Cécile Maisonneuve - Kenneth Cukier, Viktor Mayer-Schoenberger, Francis de Vericourt, Framers: Make Better Decisions In The Age of Big Data

 

  • Commentaires

    Ajouter un commentaire

    À propos des formats de texte

    Commentaire

    • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type='1 A I'> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id='jump-*'> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
    • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
    • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
    • Seules les images hébergées sur ce site peuvent être placées dans une balise <img>.

...

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017