Aller au contenu principal
En ce moment
Exemple : Education, Europe, Santé

Élection présidentielle 2022 : un scrutin sous le signe de la jeunesse ? 

Analyses - 29 Mars 2022

Par Institut Montaigne

En 2022 plus que jamais, l’accompagnement de la jeunesse française représente un des enjeux majeurs de l’élection présidentielle. En février dernier, le rapport de l’Institut Montaigne Une jeunesse plurielle : Enquête auprès des 18-24 ans montrait déjà que 63 % des jeunes n’indiquaient aucune proximité avec un parti politique, voire même que 26 % étaient désengagés de la vie politique française. Après la crise du Covid qui a particulièrement heurté les plus jeunes générations, dans un monde économique en constante mutation et face au désintérêt des jeunes citoyens pour les débats publics, les candidats ont pour objectif affirmé d’aider les plus jeunes d’entre nous à vivre mieux en France. 

Améliorer les conditions d’étude des jeunes et leur permettre de se former aux  besoins du marché du travail

Emmanuel Macron a fait de nombreuses propositions pour la jeunesse, notamment pour réformer les universités en renforçant leur autonomie et en construisant plus de passerelles entre ces établissements et les organismes de recherche. Il propose également de mieux accompagner les jeunes dans leur transition entre leurs études et le marché du travail : d’abord en ouvrant de nouvelles places dans l’enseignement supérieur, surtout des filières courtes et professionnalisantes, et ensuite en réformant, à la racine, le lycée professionnel pour mieux adapter les filières aux besoins du marché du travail. 

Les candidats à gauche du spectre politique se sont tous exprimés à ce sujet et ont fait des propositions relativement similaires. Yannick Jadot propose de créer 10 000 postes supplémentaires d’enseignants chercheurs. Jean-Luc Mélenchon promet quant à lui de soutenir les étudiants sur le plan logistique en construisant 15 000 logements universitaires par an. Fabien Roussel, enfin, a prévu de passer le budget de l'enseignement supérieur de 14 à 20 milliards d’euros, de construire 4 nouvelles universités et de recruter 10 000 nouveaux enseignants chercheurs. 

Les candidats de droite, s’ils ont massivement pris position sur les sujets de l’éducation, se sont pour autant peu exprimés sur l’enseignement supérieur. Marine Le Pen s’est engagée à construire 20 000 logements en faveur des étudiants et jeunes travailleurs. 

Se lancer sur le marché du travail [...] constitue la seconde étape à laquelle les jeunes sont confrontés et pour laquelle les candidats de tous bords politiques ont promis de s’engager.

Se lancer sur le marché du travail et prendre réellement son indépendance constitue la seconde étape à laquelle les jeunes sont confrontés et pour laquelle les candidats de tous bords politiques ont promis de s’engager que ce soit en créant de nouvelles subventions dédiées ou par d’importants avantages fiscaux. Marine Le Pen a fait de cette promesse l’un des piliers de sa campagne en proposant d’exonérer tous les jeunes de moins de 30 ans d'impôt sur le revenu et d'impôt sur les sociétés pour les jeunes entrepreneurs. Valérie Pécresse prend également le parti de stimuler l’engagement des jeunes dans la vie économique française en créant d’une part une "banque des jeunes" pour financer leurs études ou créer leur entreprise.

La candidate Les Républicains propose d’autre part la création d’un revenu jeune actif d'un montant de 670 euros pour les jeunes souhaitant se former dans les métiers qui recrutent. 

Financer la jeunesse

Les candidats de gauche ont majoritairement opté pour le versement d’une allocation afin d’aider les jeunes à démarrer leur vie. Ainsi, Jean-Luc Mélenchon propose de verser une allocation d'autonomie de trois ans, sous réserve d'une formation qualifiante et sous conditions de ressources pour les 18-25 ans. Anne Hidalgo souhaite leur allouer 5000 euros à leur 18 ans. Enfin, Fabien Roussel veut créer un revenu étudiant de 850 euros par mois. 

Emmanuel Macron a également pris position sur ce point en annonçant vouloir prolonger son Plan “1 jeune, 1 solution” en l’élargissant à près de 200 000 jeunes d’ici fin 2022. Dans la continuité de ce plan, il veut également généraliser les contrats jeunes majeurs pour lutter contre le décrochage.

D’autres mesures sont aussi mises en avant par les candidats afin d’améliorer le pouvoir d’achat des jeunes. 

Fabien Roussel propose d’ouvrir le RSA aux jeunes de moins de 25 ans, d’instaurer la gratuité des transports en commun urbains et TER pour les moins de 25 ans mais également du permis de conduire pour cette tranche d’âge. On retrouve une mesure similaire chez Emmanuel Macron dans le cadre du service national universel, ainsi qu’avec Jean-Luc Mélenchon par le biais de la conscription citoyenne. Ce dernier a évoqué une mesure fiscale d’importance puisqu’il souhaite financer l'autonomie des jeunes détachés du foyer fiscal parental grâce à la garantie d'autonomie. 

D’autres mesures sont aussi mises en avant par les candidats afin d’améliorer le pouvoir d’achat des jeunes.

Valérie Pécresse souhaite, de façon plus générale, généraliser le prêt à taux zéro sur tout le territoire français pour les primo-accédants. Quant à Emmanuel Macron, il s’est adressé en particulier aux jeunes agriculteurs : il promet de favoriser leur installation et de leur proposer un meilleur accompagnement afin de continuer à susciter des vocations et de garantir l’indépendance agricole française. 

Les jeunes sont donc à leur place au cœur du débat politique. Mais l’enjeu pour les candidats, au-delà même de s’adresser à eux et de les prendre en compte dans leur programme, va tout simplement être de les convaincre de voter le 10 avril prochain. 


Billet co-rédigé par Félicité Schaeffer et César Bonnenfant, assistants chargés d’études sur le projet Présidentielle 2022

Copyright : Alain JOCARD / AFP

 

A voir aussi
  • Commentaires

    Ajouter un commentaire

    À propos des formats de texte

    Commentaire

    • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type='1 A I'> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id='jump-*'> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
    • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
    • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
    • Seules les images hébergées sur ce site peuvent être placées dans une balise <img>.

...

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017