Aller au contenu principal
Exemple : Education, Europe, Santé
  • Pauvreté, exclusion: ce que peut faire l'entreprise

    PUBLICATION - février 2006
Président du groupe de travail
Ceux qui ont contribué à ce travail
Groupe de travail
Benjamin d’Hardemare Rapporteur du groupe de travail
Didier Bellier-Ganière Directeur de l’Habitat, Conseil général des Hauts-de-Seine
Michel Brochier Président de la Commission Insertion, MEDEF Rhône-Alpes
Henri de Clermont-Tonnerre PDG, E.R.S.A.
Jean-François Connan Directeur du développement durable, Adecco France
Philippe Desfossés Directeur général, Compagnie financière de Paris
Jean-Noël Labroue Directeur général, Kesa Electricals
Guy Lavaud Directeur de la communication et des relations extérieures, Kesa Electricals
Philippe Marcel PDG, Adecco France
Pierre Naves Professeur associé, université de Marne-la-Vallée
Claude Philippe Consultant en conduite de changement, BPI
Didier Robert Volontaire permanent, Mouvement ATD Quart Monde
Jean Rousseau Responsable, Emmaüs Angers
Patrice Sauvage Conseiller, Secours catholique
Jean Vanoye Syndicaliste, CFDT
Geneviève Videment Ancien directeur Solidarité, Carrefour France
Bien des entreprises rechignent à embaucher des hommes et des femmes victimes de la pauvreté et de l'exclusion, et pourtant parfaitement employables. Or, recruter aussi des personnes en difficulté, augmenter leur employabilité et s'assurer de leur bonne intégration peut s'avérer rentable pour l’entreprise. C'est ce que montre ce rapport de l'Institut Montaigne qui, après un diagnostic fouillé, formule des propositions concrètes à destination du décideur public, à qui il incombe de lever certains blocages, mais aussi des dirigeants d'entreprises, dont les pratiques peuvent et doivent évoluer.
La précarité et l’exclusion nient la dignité humaine en bafouant les droits fondamentaux des citoyens. Elles nuisent à l’entreprise qui peine à se développer dans un environnement dégradé. Enfin, elles minent la cohésion sociale.

L’Institut Montaigne entend montrer que les entreprises, aux côtés des autres acteurs, peuvent, elles aussi, contribuer à prévenir et réduire la précarité et l’exclusion dans notre société. Mieux encore, elles y ont un intérêt économique direct.

Comme la bonne volonté ne suffit pas à mobiliser durablement les entreprises, ce rapport détaille de nombreuses solutions leur permettant de se développer économiquement tout en réduisant la précarité et l’exclusion en leur sein et dans leur environnement immédiat. Il illustre également comment, en matière de lutte contre l’exclusion, humanisme et utilitarisme sont conciliables et complémentaires.

Ces propositions appellent à une gestion renouvelée des ressources humaines et à de nouveaux partenariats économiques et institutionnels à même d’engager les entreprises dans une mobilisation toujours plus large de la société.
Téléchargements
Dans les médias
Communiqué de presse
DANS LES MÉDIAS | 21 février 2006
La France comptait plus de 3,7 millions de pauvres en 2003
DANS LES MÉDIAS | 22 février 2006
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017