Aller au contenu principal
Exemple : Education, Europe, Santé
  • Accès aux soins : en finir avec la fracture territoriale

    PUBLICATION - juin 2013
Auteur
Institut Montaigne
Ceux qui ont contribué à ce travail
Groupe de travail
Eliane Apert Directeur des relations institutionnelles, GE Healthcare – France
Hicham Belkassem Chef de Marché Santé, Cisco Systems France
Jean-Marc Coursier Directeur des Relations Médicales, Générale de Santé
Fabrice Heyriès DRH Groupe Groupama, ancien directeur général de la cohésion sociale, ministère des Affaires sociales
Dominique Manach Chef du département pilotage DEFIP, AP-HP
Filippo Monteleone Directeur Général Délégué, Générale de Santé
Lucie Piolot Chargée d’études, rapporteur du groupe de travail
Caroline le Roux Direction des affaires publiques, Groupama SA
Pascal Sempé Responsable du Développement IBM Santé France
Denise Silber Experte e-santé, présidente de Basil Strategies
Très onéreux, d’une grande complexité institutionnelle et administrative, le système de soins français pèche également par l’archaïsme de son organisation, caractérisé par de forts cloisonnements entre ville et hôpital comme entre professionnels de santé.
Au-delà des problèmes – évidents – de répartition sur le territoire des professionnels de santé, la question est sans doute plutôt celle du modèle d’organisation des soins en France, qui ne correspond plus aux exigences sociales, démographiques et technologiques de notre pays.
Face à ces défis et dans un contexte de finances publiques contraint, comment adapter notre système de santé ? C’est vers une organisation décloisonnée, régionalisée, construite autour des besoins des patients qu’il faut s’orienter. Le système de santé doit également s’adapter aux exigences des nouvelles générations de professionnels de santé et leur offrir les moyens d’exercer leur métier de façon regroupée, en bénéficiant de l’apport des nouvelles technologies.

Face aux défis de l’organisation des soins et dans un contexte de finances publiques contraint, comment adapter notre système de santé ? C’est vers une organisation décloisonnée, régionalisée, construite autour des besoins des patients qu’il faut s’orienter. Le système de santé doit également s’adapter aux exigences des nouvelles générations de professionnels de santé et leur offrir les moyens d’exercer leur métier de façon regroupée, en bénéficiant de l’apport des nouvelles technologies.

20 %

de temps médical disponible en moins dans les 10 prochaines années

Angèle Malâtre-Lansac, directrice des études de l’Institut Montaigne
Téléchargements
Dans les médias
Le numerus clausus, une folie colbertiste
DANS LES MÉDIAS | 3 juillet 2013
(...)Comment est-il possible que des étudiants brillants, animés d'une vocation pour la médecine, voient leur vie brisée par une norme rigide, alors même que nous manquons de médecins et que le chômage qui frappe durement les jeunes plombe l'avenir du pays ? L'Institut Montaigne a noté que le numerus clausus et le fléchage des spécialistes depuis Paris sont incapables de réguler le nombre de professionnels de santé et inefficaces pour résoudre l'inégalité de répartition de l'offre de soins sur le territoire. En réalité, seule une organisation régionalisée, souple et décloisonnée, permettant des passerelles entre spécialités, répondrait aux besoins.
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017