L’Institut Montaigne est un think tank indépendant. Sa vocation est d’élaborer des propositions concrètes dans les domaines de l’action publique, de la cohésion sociale, de la compétitivité et des finances publiques.


L'apprentissage,
un vaccin contre le chômage des jeunes 

Plan d'action pour la France tiré de la réussite allemande

A PROPOS DE L’AUTEUR
Bertrand Martinot / Économiste

Bertrand Martinot, Économiste, conseiller social à la Présidence de la République de 2007 à 2008, puis délégué général à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) de 2008 à 2012, il est l’un des meilleurs spécialistes français de la question du chômage, des politiques de l’emploi et du dialogue social. Il a reçu le Prix Turgot 2014 pour "Chômage : inverser la courbe".


Emploi des jeunes :
il y a urgence !

Avec un jeune sur quatre au chômage (contre une personne sur dix
pour l’ensemble de la population active), la situation française
est particulièrement alarmante.

Des solutions existent pour lutter contre ce fléau et faire baisser le chômage des jeunes comme l’ont montré de nombreux pays voisins, à commencer par l’Allemagne qui compte moins de 8 % de ses jeunes au chômage.

On le sait, l’apprentissage est l'une des pistes les plus fécondes pour favoriser l’accès à l’emploi des jeunes à qui il apporte un métier, des compétences et un savoir-être dans l’entreprise. Il est aussi un véritable outil de recrutement et de compétitivité pour les entreprises.

L’Allemagne, qui compte trois fois plus d’apprentis que la France, a su mettre en place un système de formation et d’insertion des jeunes dans l’emploi qui a fait ses preuves, même dans les périodes de fort chômage.

Pourquoi ne parvient-on pas, en France, à faire décoller l’apprentissage malgré des moyens financiers considérables et une mobilisation répétée des pouvoirs publics ? Peut-on s’inspirer du modèle allemand ?

Chômage des jeunes
2013

Source : « L'apprentissage, un vaccin contre le chômage des jeunes »

L’alternance :
un outil au service de l’emploi des jeunes
et de la compétitivité des entreprises

Alors même qu’il constitue un levier reconnu pour lutter contre le chômage des jeunes, l’apprentissage ne cesse de reculer en France : ainsi, le nombre d’entrées en apprentissage a baissé de 8 % en 2013 et de 3,2 % en 2014 et à peine 16 % des bacheliers de l’enseignement professionnel obtiennent leur diplôme par la voie de l’apprentissage.

Le taux de chômage varie pourtant du simple au double selon que le bac professionnel ait été obtenu en apprentissage (22,9 %) ou par voie scolaire (44,4 %); ce taux est également inférieur de 25 % lorsque le CAP ou le BEP est obtenu en apprentissage.

Les pays qui pratiquent fortement l’apprentissage connaissent d’ailleurs un faible taux de chômage des jeunes, comme le montrent les exemples suisse, allemand, autrichien ou encore danois.

La priorité pour l’Allemagne, qui va voir sa population de jeunes diminuer de 1,2 million entre 2011 et 2020, est de maintenir un flux élevé de jeunes qualifiés sachant s’adapter aux transformations économiques sur le marché du travail, ainsi que d’intégrer les nombreux jeunes d’origine étrangère. L’apprentissage est un excellent levier pour former les jeunes et assurer aux entreprises un recrutement de qualité au service de leur compétitivité.

Pour mieux comprendre comment l’Allemagne s’y était prise, nous avons demandé à Bertrand Martinot – l’un des plus fins connaisseurs des politiques d’emploi et de formation en France, auteur de Chômage : inverser la courbe (2013), Prix Turgot 2014 du meilleur livre d'économie financière – de réaliser une véritable « radioscopie » comparée de chacun des deux systèmes.

En savoir plus


Comment fonctionne
le système allemand d’apprentissage ?

Source : « L'apprentissage, un vaccin contre le chômage des jeunes »

Une voie incontournable pour accéder à + de 300 métiers

Tout d’abord, en Allemagne, l’apprentissage est une voie incontournable pour l’accès à la plupart des métiers d’employés et d’ouvriers qualifiés en Allemagne : il existe ainsi une liste de plus de 300 professions dont la formation initiale ne peut être accomplie que par la voie de l’apprentissage.

En savoir plus

Des apprentis plus âgés, aux qualifications intermédiaires

L’Allemagne a de plus choisi de concentrer massivement l’apprentissage sur les qualifications intermédiaires : le niveau correspondant au bac professionnel français concentre 80 % des apprentis, alors qu’en France, la majorité des apprentis sont soit très faiblement qualifiés soit au contraire dans le supérieur (42 % des apprentis sont au niveau CAP et 31 % dans les niveaux supérieurs).

En savoir plus

Des entreprises très impliquées, dans tous les secteurs

Ensuite, les entreprises allemandes sont fortement impliquées, quels que soient leur taille et leur secteur d'activité, et y recourent largement comme pré-embauche, alors qu’en France, ce sont les TPE et, dans une moindre mesure les grandes entreprises, qui concentrent l’essentiel des effectifs d’apprentis.

En savoir plus

Un cadre juridique, financier et institutionnel clair et stable

La loi fondatrice allemande de 1969 n’a été révisée qu’une seule fois, en 2005. La gouvernance est également plus claire et chaque acteur y a sa place : les Länder comme les partenaires sociaux occupent une place centrale tandis que le niveau central est concentré sur la remontée statistique et stratégique. Le service public de l’emploi est également très impliqué. La France présente en revanche un éclatement institutionnel extrême et des compétences qui se chevauchent.

En savoir plus

Un système de formation initiale différencié dès le secondaire

Tandis que la France a opté dans les années 1970 pour le collège unique, l'Allemagne a conservé un système d'enseignement général éclaté. Celui-ci se compose schématiquement de trois types d'institutions scolaires, dont le choix est fait à 11-12 ans :

  • • la Hauptschule : 22 % des élèves, d’une durée de 3 ans, elle consiste en un enseignement général allégé combiné à un enseignement technologique ;

  • • la Realschule : 42 % des élèves, d’une durée de 4 ans, elle conduit le plus souvent à un enseignement professionnel ;

  • • le Gymnasium : 36 % des élèves, il inclut les deux cycles de l’enseignement secondaire, équivalents respectifs des collèges et lycées d’enseignement général français.

Pour la définition des termes utilisés, vous pouvez vous référer au glossaire disponible dans notre étude.


En savoir plus
Publications connexes

Inscription Adhérer