Institut Montaigne

François
Fillon

Les Républicains

Benoît
Hamon

Parti Socialiste

Education et Enseignement supérieur

Allonger le temps scolaire en programmant les examens du baccalauréat en juillet.
Commencer la scolarité obligatoire à cinq ans (au lieu de six) de sorte que l’apprentissage de la lecture, avec des méthodes efficaces, débute plus tôt, pendant l’année de grande section de l’école.
Concentrer l’enseignement élémentaire sur le socle de connaissances (lecture, calcul, écriture, grandes dates et grands personnages de l’histoire de la Nation, géographie de la France et des régions) auquel les maîtres devront consacrer les 3/4 du temps d’enseignement.
Instaurer un uniforme scolaire.
Laisser les communes gérer la réforme des rythmes scolaires en lien avec la communauté éducative et les associations de parents d’élèves.
Revaloriser le baccalauréat en réduisant à quatre le nombre d’épreuves et en renforçant les exigences de chacune d’entre elles pour permettre la réussite dans l’enseignement supérieur.
Revaloriser les traitements des enseignants
Supprimer l’interdiction des devoirs après la classe.
Mettre en œuvre un plan de formation continue des enseignants et accélérer le mouvement de revalorisation salariale et des parcours de carrière
Mettre en place un service public du soutien scolaire pour donner à tous les chances de réussir à l’école et inclure dans le temps scolaire des élèves le travail personnel et les devoirs qui, aujourd’hui, sont à faire à la maison.
Recruter 40 000 enseignants supplémentaires pour lutter contre les inégalités scolaires. La priorité sera donnée au primaire : 20 000 postes y seront crées pour qu’il n’y ait pas plus de 24 élèves par classe pour les apprentissages fondamentaux et pas plus de 20 élèves en cycle 2 dans les REP, outres-mers et territoires ruraux. 15 000 postes seront crées pour la formation continue, 2 000 postes pour garantir le remplacement des enseignants absents et 3 000 postes pour rendre la scolarité obligatoire dès 3 ans, et même 2 ans dans les REP.
Mettre fin aux ghettos scolaires et conduire une politique de mixité sociale entre les établissements, en rénovant la carte scolaire, mais aussi au sein des établissements en jouant à la fois sur la sectorisation, l’affectation et la constitution des classes.
Remettre l’enseignement supérieur au coeur de l’ascension sociale. Le développement des universités sur les territoires doit être plus équilibré pour que chacune et chacun ait accès à un enseignement supérieur de qualité. Optimiser la complémentarité et les échanges entre universités de proximité et grandes universités de recherche métropolitaines. Mettre également en place une politique d’aide à la mobilité des étudiants, notamment en étoffant l’offre de logements universitaires.
Créer un droit à un semestre de mobilité internationale pour tous.
Mettre fin aux thèses non-financées et augmenter les moyens des laboratoires.
Accueillir 25 % d'étudiants internationaux supplémentaires.
Créer 7 500 emplois dans les universités et centres de recherche.
Faire de l’enseignement et la recherche une priorité budgétaire en y investissant un milliard d’euros supplémentaire par an.
Dispenser une aide aux devoirs gratuite
Choisissez un candidat
Choisissez un thème
Comparer les propositions
Education et Enseignement supérieur
de Benoît Hamon avec
Comparer les propositions
Education et Enseignement supérieur
de François Fillon avec
Comparer les propositions
de Benoît Hamon et de François Fillon
sur le thème