L’Institut Montaigne est un think tank indépendant. Sa vocation est d’élaborer des propositions concrètes dans les domaines de l’action publique, de la cohésion sociale, de la compétitivité et des finances publiques.

Elie Cohen, économiste, nous explique les enjeux et les priorités de la nécessaire remise à plat de notre système fiscal.

L’Institut Montaigne propose une réforme globale de notre système fiscal autour de trois axes : créer un choc de compétitivité pour notre économie ouverte à la compétition internationale ; renforcer l’équité et la transparence de notre système d’imposition ; améliorer son efficacité par une simplification des assiettes et des taux.

Pour aller plus loin

Fiscalité : comment concilier rigueur, justice et croissance

Fiscalité : comment concilier rigueur, justice et croissance

Rapport

Résumé

Propositions

Contributeurs

  • Philippe Wahl, Président-directeur général,
    Groupe La Poste
  • Jack Azoulay , Directeur de cabinet et du pilotage stratégique du Courrier, groupe La poste
  • Valérie Batigne , Fondatrice et dirigeante de VB Capital Conseil, membre de Financi’Elles
  • Frédéric Bonnevay , Associé, Anthéra Partners
  • Elie Cohen , Economiste, directeur de recherche au CNRS, professeur à Sciences Po
  • Eric Dussoubs , Maître de conférence à Sciences Po et co-rapporteur du groupe de travail
  • Bruno Grandjean , Président de Redex
  • Daniel Gutman , Avocat, professeur à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne
  • Antoine Imbert , Maître de conférence à Sciences Po et co-rapporteur du groupe de travail
  • Philippe Josse , Professeur associé en finances publiques à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne
  • Melchior de Metz-Noblat , Directeur général adjoint, groupe Bruxelles-Lambert
  • Siamak Mostafavi , Avocat, Allen&Overy

Pour aller plus loin

Médiathèque

  • Fiscalité : comment concilier rigueur, justice et croissance

Sur le blog

12 Novembre 2012

Rapport Gallois et annonces du gouvernement : décryptage

Face à la dégradation des résultats de l'économie française, au creusement des déficits publics et à l'augmentation dramatique du chômage, notre pays a à la fois besoin d'un choc et d'une trajectoire de compétitivité. D'abord un choc qui permettra de restaurer, au moins en partie, les marges des entreprises et donc leur capacité à investir. Ensuite une trajectoire, celle de la nécessaire réduction de nos dépenses publiques. C’est ce double mouvement que propose l’Institut Montaigne depuis de longs mois dans ses travaux. On le retrouve en partie dans le rapport Gallois et les premières annonces du gouvernement. Décryptage.

Charles Nicolas
07 Novembre 2012

Nos propositions pour restaurer la compétitivité de l'économie française

L'Institut Montaigne propose une stratégie globale et cohérente pour restaurer la compétitivité de l’économie française et sortir de la crise. Tout d’abord en construisant une économie de la connaissance, dans laquelle la réussite scolaire est démocratisée, l’accès à l’emploi facilité et la qualification de tous les actifs améliorée. Ensuite, en engageant une politique forte en faveur de la compétitivité des entreprises, par la mise en place d’une fiscalité au service de la "social-compétitivité", d’une part ; par l’instauration de dispositifs destinés à soutenir le financement et l’investissement de long terme dans les PME et les ETI, d’autre part.

Institut Montaigne
22 Octobre 2012

Des mesures fiscales inadaptées

Ces dernières semaines ont été marquées par deux annonces fiscales, passées relativement inaperçues tant l'actualité a été dominée par les tensions internationales. Tout d'abord, l'institution en 2013 d'un dispositif alternatif à la loi Scellier afin d'encourager l'investissement dans l'immobilier locatif. Le dispositif "Duflot" permettra une réduction d'impôt pour les particuliers comprise entre 17 % et 20 %, étalée sur une période de neuf à douze ans. Autre annonce gouvernementale : les investissements Outre-mer ne seront pas concernés par le plafonnement à 10 000 euros des réductions d'impôts liées aux niches fiscales. Ces décisions peuvent paraître anodines voire bénéfiques pour l'économie française (la relance de l'activité par la construction). En réalité, c'est tout le contraire.

Alexia de Monterno
18 Juillet 2012

La compétitivité des entreprises françaises : une priorité pour tous

Acteurs économiques, politiques, syndicaux, tous partagent un même diagnostic : celui du déclin de la compétitivité française. Les propos tenus par les partenaires sociaux – dans le document commun qu’ils ont consacré à cette question comme dans leurs prises de positions à l’occasion de la Grande conférence sociale – et par le gouvernement – dans la feuille de route qu’il a établie à l’issue de ce sommet – témoignent de l’émergence d’espaces de réflexion partagés.

Charles Nicolas

0 commentaire(s)

Pour rédiger un commentaire, merci de vous connecter en cliquant .

 
Publications connexes

Inscription Adhérer