L’Institut Montaigne est un think tank indépendant. Sa vocation est d’élaborer des propositions concrètes dans les domaines de l’action publique, de la cohésion sociale, de la compétitivité et des finances publiques.

Octobre 2014 | Rapport

Temps de travail : mettre fin aux blocages

Ce rapport dresse un état des lieux exhaustif de la question du temps de travail en France et formule des propositions pour une réforme au service de la compétitivité et du maintien de notre modèle social.

Téléchargement RAPPORT | RÉSUMÉ | PROPOSITIONS | Bon de commande


Le constat est sans appel : les salariés français à temps plein travaillent moins que tous leurs voisins européens, dans des proportions inquiétantes, quelle que soit l’échelle de temps considérée : hebdomadaire, annuelle ou sur la durée totale d’une carrière.
 
À l’heure où la France traverse une crise profonde et reste désespérément sans croissance, l’impact macroéconomique d’une réforme du temps de travail peut permettre un changement. Cette réforme, pour réussir, devra s’appuyer sur la négociation en entreprise ou au niveau des branches pour les TPE et s’accompagner d’une réflexion quant à l’organisation du travail et au management intermédiaire.
 

RAPPORT

RÉSUMÉ

PROPOSITIONS

Q&A

Contributeurs

  • Stéphanie Abélard , Maître de conférences à SciencesPo, rapporteur du groupe de travail
  • Eric Aubry , Ancien conseiller social du premier ministre François Fillon
  • Martine Daoust , Professeur des universités, recteur
  • Mireille Faugère , Ancienne directrice générale de l’AP-HP
  • Bernard Lemée , Président du groupe Malakoff Mederic
  • Anne-Sophie Maignant , Rapporteur du groupe de travail
  • Michel Pébereau , Président d’honneur de BNP Paribas
  • Josette Théophile , Senior adviser, Sia Partners

Pour aller plus loin

6 commentaire(s)

Pour rédiger un commentaire, merci de vous connecter en cliquant .

De matthieurobinet 13:25 08 Octobre 2014

"Le constat est sans appel : les salariés français à temps plein travaillent moins que tous leurs voisins européens", vous proposez donc d'augmenter la durée légale du travail à une durée comprise entre 38 et 40 heures par semaine ou de supprimer la durée légale du travail. Pourtant, une étude de la DARES en 2011 a montré que le temps de travail varie considérablement d'un salarié à l'autre: de 38 heures par semaine pour les ouvriers à 52,7 heures pour les indépendants, la moyenne est à 39 heures, de plus l'intensité et l'efficacité du travail français sont particulièrement fortes comparées au reste du monde. "À l’heure où la France traverse une crise profonde et reste désespérément sans croissance, l’impact macroéconomique d’une réforme du temps de travail peut permettre un changement." A cela je vous répond deux choses : - "Celui qui croit qu’une croissance infinie est possible dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste" (Kenneth Boulding) - Avec 5 380 200 chômeurs actuellement en France, pourquoi ne pas proposer une réforme utile pour une fois, en diminuant le temps de travail afin de mieux partager celui-ci entre tous les citoyens de France par exemple. Jumelé avec la proposition de revenu de base universel, il serait possible de diminuer fortement le chômage en passant la majorité du travail à mi-temps sans toucher à la rémunération, tout en augmentant significativement le confort de vie de chacun! Pour les sceptiques : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/comment-le-revenu-de-base-peut-136647

De dyfre01 15:31 09 Octobre 2014

Bonjour l'institut Montaigne, Avant tout, je partage complètement l'avis de matthieurobinet. Je note que vous utilisez votre énergie et vos capacités intellectuelles à vouloir aider la France. Vous vous êtes labellisé "think tank" (indépendant!?), j'en déduis donc que vous mettez l'ensemble de vos capacités cognitives et les sources d'informations disponibles au service de l'intérêt général. Vos conclusions sont de dire que si le pays va mal et est en crise, c'est la faute du petit peuple français qui ne travaille pas assez... Bref, permettez moi de porter à votre connaissance, quelques éléments que vous avez omis dans votre réflexion pour sauver la France : - L'union européenne est la première puissance mondiale (source rapport européen) - Le marché du luxe ne s'est jamais aussi bien porté : la "crise" est donc toute relative et ne concerne pas toutes les franges de la population française - Une association anglaise, engagée dans le combat contre l'évasion fiscale, nous apprend que cette évasion fiscale (= argent qui quitte une nation sans passer par la case "impôt", de manière illégale ou légale car prévu par les textes!) s'élève à  : 1400 millions de millions de dollars à l'échelle du monde et 1100 millions de millions de dollars à l'échelle de l'Europe! (source : émission sur Arte "décryptage : l'impôt, le prix de la démocratie?"). Les 8.8 Mds que vous pointez pour l'absentéisme sont tellement dérisoires à coté de ce chiffre scandaleux! Autrement dis, la création de richesse par le travail n'a JAMAIS été aussi élevée, l'Europe n'a jamais été aussi puissante! Alors pourquoi donc l'ensemble des pays européens traversent la crise??? L'indépendance de l'Institut Montaigne, qui omet ces points essentiels, afin de remettre la faute sur le prolétariat est donc quelque peu douteuse. Mais ces chiffres nous prouvent une chose : c'est que la solution réside bien dans le partage du travail et des richesses issues du travail, ce qui aujourd'hui n'est pas le cas.

De Institut Montaigne 17:41 15 Octobre 2014

INSTITUT MONTAIGNE - Bonjour Matthieu, En effet, les disparités sont fortes entre les actifs. Toutefois, le nombre d’heures de travail hebdomadaires n’est pas le meilleur indicateur : c’est plutôt sur la durée annuelle que les différences explosent avec un nombre de jours de congés et de RTT très variable (45 jours dans la fonction publique, 40 dans les grandes entreprises, 29 dans les TPE). Réduire encore le temps de travail n’est pas une solution : de tous les pays de l’Union européenne, c’est en France que la durée du travail a le plus diminué depuis 1999, pourtant, les résultats en termes d’emploi sont loin d’être positifs avec 10 % de chômage (25 % chez les jeunes de moins de 25 ans).

De alexmaupas 12:44 25 Novembre 2014

Je rebondis sur les commentaires précédents, vos critiques ou ne reprennent pas le sujet ou partent dans des utopies ou des chicanes sur qui est quoi .....ce qui n'est pas productif Le sujet est clair et doit rester terre à terre - un entrepreneur prends un risque en embauchant une personne si et seulement si il a un espoir de faire plus de chiffres d'affaire et de faire grandir son entreprise - donc tout ce qui agrandi le risque et/ou baisse la productivité de la personne a pour conséquence la limite dans les embauches : - si la personne travaille plus elle produit plus et coute donc proportionnellement moins cher donc la décision d'embauche est plus rapide - si le risque ( juridique par exemple) est moins grand la décision d'embauche est plus rapide Nous avons 5 millions de chômeur 3 officiel + 2 "recasés" ou découragés et cela ne cesse de grandir. La politique menée depuis 30 ans a toujours été dans le même sens : - plus de rigidité (exemple loi sur les 24 heures mini en cdd ) - plus de charges sociales ( cout du travail plus élevé) et vous proposez juste de continuer!!! vous ne devez pas connaitre beaucoup d'employeurs privés pour faire les commentaires que vous faites résultat en 14 ans l'industrie a perdu 1 million d'emplois soit 25% en France contre une stabilité en Allemagne, qui n'en a pas moins développé ses services.. on sur-protége ceux qui ont un travail et ceux qui le perdent ne peuvent en retrouver pour les raisons citées ci dessus... super on continue!!

De pac.minns 14:47 25 Novembre 2014

I have just downloaded this report after hearing one of its authors on BFM this morning. I can't help being struck, once again, by the constant obsession of French commentators (Robinet et al. for example) about "sharing work " and therefore reducing the number of working hours so that everybody can have some. Ludicrous when you think about it seriously, but more to the point, disproved by most economists, starting with Adam Smith who described it as the "lump of labour fallacy". Paul Krugman, whom nobody can accuse of being a right-wing economist referred to this fallacy in denouncing the introduction of the 35 working week over ten years ago. I can find the exact references if anyone is interested. How can our learned commentators here explain the fact that since the introduction of the 35 hour working week - and its concomitant impacts on holidays and career paths - unemployment in France has continued to rise to the record levels we see today ? I shall read this report with great interest but its central thesis is totally consistent with the anecdotal evidence that anyone who has his/her eyes open in France today can see.

De alexmaupas 13:23 20 Décembre 2014

j'aime la comparaison : d'un phénomène mondial d'un coté à de l'autre coté la France , sur deux sujets TOTALEMENT différents, vive le réalisme, on appelle cela la langue de bois.!! sans parler du fait que 1400 millions de millions de dollars est chiffre totalement invérifiable et dans les mêmes ordres de grandeur que le PNB mondial ....on aurait 100% de fraude??? raisonnement irréaliste fait de "on dit", la France en meurt

 
Publications connexes
Publications connexes

Inscription Adhérer