L’Institut Montaigne est un think tank indépendant. Sa vocation est d’élaborer des propositions concrètes dans les domaines de l’action publique, de la cohésion sociale, de la compétitivité et des finances publiques.

Janvier 2006 | Rapport

Ouvrir les grandes écoles à la diversité

L’institut Montaigne formule des recommandations visant à ce que le recrutement dans les grandes écoles fasse une part plus grande à la diversité de la société française.

Auteurs Romain Geiss, Eric Keslassy, Daniel Laurent

Téléchargements Rapport | Propositions | Bon de commande


NOS IDÉES DANS LES MÉDIAS

Alors que dans le passé des élèves brillants étaient rapidement identifiés puis orientés vers les filières d’excellence indépendamment de leur origine sociale, le système de formation de nos élites est devenu profondément endogame.

Malgré quelques initiatives méritoires pour essayer de remédier à cette situation, le mode de recrutement des grandes écoles reproduit, en les amplifiant, les dysfonctionnements de notre système scolaire qui commencent dès l’école primaire.

Les enfants issus des classes populaires souffrent de handicaps socioculturels qui les empêchent d’intégrer les filières les plus prestigieuses. En effet, sous l’apparence de critères objectifs, certains concours d’entrée aux grandes écoles légitiment une « bonne culture », c’est-à-dire une culture relevant d’un environnement socialement élevé.

Par ailleurs, des facteurs « objectifs » permettent également de comprendre cette forte inégalité des chances. Il y a d’abord, pour les familles populaires, la difficulté d’être initié à ce qui est aujourd’hui un véritable labyrinthe scolaire. De même, la différence de ressources peut être un frein – au moins supposé (méconnaissance de l’existence de bourses par exemple) – à des ambitions scolaires élevées.
 

Rapport

Propositions

Contributeurs

  • Eric Keslassy, Enseignant à l'IEP de Lille et à l'ENSTA
  • Romain Geiss , Rapporteur
  • Daniel Laurent , Professeur des universités, Marne-la-Vallée
  • Yonathan Arfi , Ancien président de l’UEJF
  • Benjamin Blavier , Directeur Responsabilité & Innovation sociale, groupe SFR
  • Maurad Cheurf , Directeur associé, MConseil
  • Madani Cheurfa, Jay Dharmadhikari, Mohamed Ketata , Membres de la commission «Ouverture des grandes écoles» du XXIe siècle
  • Anny Forestier , Proviseur du lycée Janson de Sailly (Paris)
  • Christian Forestier , Inspecteur général de l’Éducation nationale, membre du Haut Conseil d’éducation et du Comité directeur de l'Institut Montaigne
  • Jean-Marc Fournier , Fondateur de l’association Tremplin
  • Isabel Jubin , Directeur du lycée Sainte-Geneviève (Versailles)
  • Melvin Manchau , Founder & CEO chez Frontier Markets Capital
  • Françoise Mélonio , Directrice adjointe de l’ENS
  • Dominique Perrin , Directeur de L’ESIEE
  • Bernard Ramanantsoa , Directeur général du groupe HEC
  • Marie Reynier , Directrice de l’ENSAM - Membre du groupe de travail « Ouverture sociale des grandes écoles » de la CGE
  • Olivier Quang-Tri Truong , Chercheur à Paris I et administrateur du FASILD

Pour aller plus loin

Sur le blog

19 Janvier 2010

Réconcilier excellence et démocratisation

Depuis le début des années 2000, l’égalité des chances a pris une place essentielle au cœur de notre débat public. Ces dix années ont permis une prise de conscience sur le décalage croissant entre notre ambition historique et collective de faire vivre une République où chacun peut construire son parcours individuel sur la base de ses mérites – scolaire et professionnel – et la réalité objective de territoires entiers devenus des zones de relégation laissant peu d’espoir d’ascension sociale à ceux qui y vivent, particulièrement les plus jeunes et cela quels que soient leurs talents et leurs efforts.

Laurent Bigorne
17 Juillet 2009

L’échec du modèle français d’enseignement supérieur

Cette année plus de 86 % des candidats ont été reçus au baccalauréat. Un record. Cette progression est, de l’aveu général, uniquement due à l’introduction d’une session de rattrapage au baccalauréat professionnel. Que penser alors de ces chiffres et plus généralement de ce sésame pour l’enseignement supérieur, obtenu par deux tiers des membres de chaque génération (parmi lesquels la moitié décroche un bac général, les seuls qui soient vraiment comparables à l’examen d’origine) ? Pas beaucoup de bien si l’on en croit la banque mondiale et son rapport passant au crible l’essentiel des systèmes d’enseignement supérieur mondiaux.

14 Février 2008

Admission aux Grandes Ecoles : Rétablir l'égalité des chances dans l'éducation supérieure

Pendant longtemps, l’accès aux Grandes Ecoles françaises couronnait un parcours d’excellence dépourvu de lien avec le niveau social de la famille où le destin vous avait fait naître. Bien sûr, il subsistait un avantage à avoir des parents bien formés, cultivés et/ou riches d’un important « capital social » ! Mais ce biais avait été réduit à peu près autant qu’il était possible.

Philippe Manière

Base documentaire

0 commentaire(s)

Pour rédiger un commentaire, merci de vous connecter en cliquant .

Publications connexes