L’Institut Montaigne est un think tank indépendant. Sa vocation est d’élaborer des propositions concrètes dans les domaines de l’action publique, de la cohésion sociale, de la compétitivité et des finances publiques.

Sandra Enlart, directrice générale d'Entreprise&Personnel

En France, près de 20 % des jeunes sortent chaque année du système éducatif sans diplôme ni qualification ; le taux de chômage des jeunes y est proche de 23 % et ce sont les moins qualifiés qui sont les plus touchés. Une politique volontariste et menée sur le long terme est la seule à même de porter remède à cette situation socialement inacceptable.

Consulter le dossier Favoriser l'emploi des jeunes

Note

Contributeurs

  • Sandra Enlart, Directrice générale d’Entreprise et Personnel
    Présidente du Conseil National d’Evaluation de la Formation Professionnelle
  • Laurent Bigorgne , Directeur de l'Institut Montaigne
  • Iana Dreyer , Chargée d’études, Institut Montaigne (Rapporteure du groupe de travail)
  • Foucauld Lestienne , Directeur délégué aux ressources humaines et aux relations sociales, Groupe La Poste
  • Bernard Masingue , Directeur de projets, Entreprise et Personnel

Pour aller plus loin

Sur le blog

04 Décembre 2012

Insertion professionnelle des jeunes "décrocheurs" : atout stratégique pour les entreprises

L’objectif des Rencontres de Cluny, organisées cette année en partenariat avec l’Institut Montaigne et Entreprise et Personnel, est d’échanger, en présence d’environ 80 entreprises de la région, d’acteurs de l’alternance, et d’un grand nombre de jeunes, sur le thème "Insertion professionnelle des jeunes décrocheurs : Atout stratégique pour le développement des entreprises".

Iana Dreyer
27 Novembre 2012

Pour une plus grande coopération entre universités et entreprises

Lancées en juillet 2012, les Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche se clôtureront aujourd’hui au Collège de France. A l’issue de cette consultation nationale, un projet de loi devrait être soumis au Parlement au printemps 2013. Parmi les 121 propositions du comité de pilotage, une place prépondérante est accordée au rôle des entreprises. La ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Geneviève Fioraso, a notamment mis l’accent sur le renforcement de l’impact économique de la recherche et la participation accrue des entreprises à la gouvernance des universités.

19 Octobre 2012

Dispositifs pour l'emploi des jeunes en ZUS : décryptage

Le Parlement a entériné, mardi 9 octobre, le projet de loi portant création des emplois d’avenir. Le dispositif prévoit la création de 150 000 emplois d’avenir d’ici à 2015 (100 000 en 2013, 50 000 en 2014), pour un coût estimé par le gouvernement à 500 millions d’euros en rythme de croisière. Le gouvernement s’engage par ailleurs à réserver 30 % des emplois d’avenir aux jeunes peu ou pas qualifiés des zones urbaines sensibles (ZUS) et prévoit de tester le dispositif des "emplois francs", destinés aux jeunes diplômés de quatre zones "sensibles".

Hugo Micheron
09 Octobre 2012

"Un jeune sur cinq sans diplôme ? Ce n’est pas une fatalité"

Tribune de Lucie Piolot parue sur Rue89 le 9 octobre 2012. Le Parlement votera ce soir la création des emplois d’avenir. Tout comme les contrats de génération, ces dispositifs d’urgence insuffisamment tournés vers les emplois marchands, bien qu’utiles, ne peuvent à eux seuls répondre aux défis de plus long terme auxquels nos jeunes sont confrontés au moment de l’insertion sur le marché du travail.

Lucie Piolot
19 Février 2013

Emploi des jeunes en ZUS : une priorité

2.000 "emplois francs" expérimentés dans 10 villes : dans le prolongement des emplois d’avenir, le gouvernement vient d’annoncer un renforcement du dispositif consacré à l’insertion professionnelle des jeunes dans les zones urbaines sensibles. En ZUS, plus de 40 % des 15-25 ans sont au chômage : ces territoires, dans lesquels vivent 4,5 millions de Français à la faible moyenne d’âge, concentrent pauvreté et sous-qualification.

13 Février 2013

Des propositions pour une meilleure orientation scolaire

La refonte des systèmes d’orientation et d’insertion professionnelle est une urgence. L’échec scolaire en France est massif : chaque année, près de 20 % des jeunes sortent du système éducatif sans diplôme ni qualification, le nombre de "décrocheurs" (ni scolarisés, ni en emploi) représentent 11 % de leur classe d’âge et les jeunes les moins qualifiés sont les plus touchés par le chômage. L'Institut Montaigne a donc formulé des propositions pour refonder l’orientation scolaire.

0 commentaire(s)

Pour rédiger un commentaire, merci de vous connecter en cliquant .

 

Inscription Adhérer