Aller au contenu principal
En ce moment
Exemple : Education, Europe, Santé

L’Afrique à l’épreuve de la cybersécurité

Trois Questions à Gilles Babinet

INTERVIEW - 19 Mai 2022

Alors que se tenait le 23 mars dernier à Lomé le premier sommet africain sur la cybersécurité, le chef de l’État togolais a rappelé l’importance de développer un cadre juridique et politique unifié pour lutter contre la cybercriminalité sur le continent. Quels sont aujourd’hui les principaux écueils du continent en matière de cybersécurité ? Comment y remédier ? Gilles Babinet, conseiller sur les questions numériques auprès de l’Institut Montaigne, nous livre son analyse.

Le développement de l’économie numérique et l’évolution de la cybercriminalité en Afrique appellent à évaluer ses besoins en matière de cybersécurité. Selon vous, quelles sont les principales faiblesses du continent, et quels besoins rencontre-t-il en matière de cybersécurité ?

D'une façon générale, le continent a un retard significatif en matière de cybersécurité. Par le passé, le recours à des prestataires externes et des offres en "black box" (des applicatifs pour lesquels on ne dispose pas du code source et vendus sur étagère) a souvent été privilégié, notamment du fait du manque de compétence locale pour administrer des solutions plus élaborées. Le continent constitue une cible privilégiée, ce qui est naturel dans la mesure où les cyber-attaquants ont clairement fait l'analyse de cette faiblesse structurelle de l'Afrique en matière de sécurité informatique, qu'il voient comme un "low hanging fruit", c'est-à -dire une cible facile.

Par ailleurs, les audits montrent généralement un niveau d'hétérogénéité au sein du continent supérieur à ce que l'on observe en Europe ou ailleurs, et une plus grande difficulté à mettre en place une gouvernance appropriée. L'Afrique du Sud serait le 3ème pays recevant le plus d'attaques. Cela s’explique par le manque d’investissement du pays dans le sujet, malgré son niveau de développement relativement élevé par rapport aux autres pays du continent. Il existe également une nette différence entre les entreprises dépendantes de multinationales et celles issues d'une croissance organique locale. Les premières ont généralement des normes globales, qu'elles appliquent de façon indifférenciée partout dans le monde. Les secondes ont une culture moins structurée et prêtent moins d'importance à ces sujets de cybersécurité. Cependant, on observe que les pratiques des premières contaminent les secondes, particulièrement depuis la crise du Covid-19, où le nombre de cyberattaques a considérablement augmenté, alors que les travaux de fond sur les sujets de cybersécurité n’étaient pas priorisés.

Alors que le premier sommet africain sur la cybercriminalité s’est tenu en mars dernier à Lomé, autour du thème “Faire de la cybersécurité une priorité absolue pour les États africains”, quelle coopération intra-africaine peut-on envisager pour apporter une réponse souveraine, à la hauteur des enjeux cyber ? Quel peut être le rôle de l’Union africaine (UA) ?

L'UA peut avoir un rôle normatif significatif, en expliquant pourquoi l'exposition des entreprises africaines est un problème de premier plan. Dans la mesure où celles-ci sont souvent liées à des enjeux de ressources essentielles aux chaînes de valeurs mondiales, celles liées aux activités minières et énergétiques en particulier, elles sont plus susceptibles d'être attaquées et doivent donc se protéger de façon accrue. L'UA est ainsi parfaitement dans son rôle en sensibilisant les États et même directement a minima les acteurs systémiques africains.

L'UA est ainsi parfaitement dans son rôle en sensibilisant les États et même directement a minima les acteurs systémiques africains.

Elle peut éventuellement définir des normes propres à l'Afrique, favoriser des initiatives de formation et même réaliser des études régulières permettant de voir l'évolution de la situation africaine en matière de cybersécurité. Si l’action de l’UA se résume aujourd’hui majoritairement à des déclarations, elles ont pour effet d’inciter ces acteurs à se saisir du sujet, ne serait-ce que pour mettre en avant leurs réalisations lors des sommets de l’UA.

Lors du sommet UE-UA qui s’est tenu en février dernier, les deux continents se sont engagés à redéfinir progressivement leurs relations, vers davantage de coopération sur plusieurs domaines. À ce titre, comment envisagez-vous la coopération entre l’Europe et l’Afrique pour renforcer la cybersécurité sur le continent africain ?

Après les grandes déclarations dans le domaine de l'intelligence artificielle, de l'impact et aussi de la cybersécurité, il faut désormais entrer dans le concret. Cela impliquerait notamment que les chaînes de valeur s'organisent pour créer des pratiques référentes, que la coopération se fasse dans le domaine de la cybersécurité. En tant qu'enseignant sur les sujets du numérique en Afrique, je suis bien placé pour voir combien il est nécessaire d'accroître le niveau d'expertise. En dehors de quelques écoles très bien placées, il existe encore trop peu d'offres de formation de qualité. Cela pose d'ailleurs indirectement la question de l'intégration du système d'enseignement supérieur européen, qui n'existe pas vraiment en tant que tel.

Si l'UE veut initier un mécanisme, elle va le plus probablement créer un guichet où postuleront ceux qui en ont connaissance et qui souhaitent s'ouvrir à l'Afrique. Paradoxalement, l'Afrique dispose d'un avantage très net : elle n'a pas beaucoup de "computer legacy", c'est-à-dire de vieux systèmes très lourds à maintenir, qui mobilisent la majorité des ressources.

Si l'UE veut initier un mécanisme, elle va probablement créer un guichet où postuleront ceux qui souhaitent s'ouvrir à l'Afrique.

La nouvelle raffinerie de Lekki de l'homme d'affaires Aliko Dangote bénéficie des systèmes et de l'expertise les plus avancés dans ce domaine, notamment parce que les activités en matière de ciment de l'homme d'affaires avaient par le passé été perturbées par des attaques. 

 

Copyright : Benson Ibeabuchi / AFP

 

  • Commentaires

    Ajouter un commentaire

    À propos des formats de texte

    Commentaire

    • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type='1 A I'> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id='jump-*'> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
    • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
    • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
    • Seules les images hébergées sur ce site peuvent être placées dans une balise <img>.

...

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017