Aller au contenu principal
Exemple : Education, Europe, Santé

La singularité militaire au service de la résilience nationale

ARTICLES - 15 Juillet 2021

Cette année, la France a renoué avec la tradition du défilé militaire du 14 juillet, alors que celui-ci avait été remplacé par une cérémonie restreinte sur la place de la Concorde en 2020 (une première depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale) à cause de la crise du Covid-19. L’occasion pour la Nation de témoigner sa fierté et sa reconnaissance aux Armées. En effet, alors que la plupart des institutions sont l’objet de défiance depuis plusieurs années, les sondages attestent régulièrement de la confiance des Français dans leurs Armées (85 % en juin 2020), qui demeurent un des éléments centraux du ciment national. 

À tel point qu’une partie importante de la population (4 personnes interrogées sur 10) espère une implication plus importante des Armées dans la lutte contre la pandémie et la campagne de vaccination, selon un sondage Elabe réalisé en mars 2021. 52 % sont satisfaits de son niveau d’implication actuel, dans le cadre de l’opération Résilience lancée fin mars 2020, quelques jours après que le Président de la République ait déclaré au cours d’une allocution télévisée : "Nous sommes en guerre". Devant l’ampleur de la crise, il annonçait alors la participation des Armées à l’effort national de gestion de l’épidémie, à l’image de nombreux autres pays ayant également mobilisé l’outil militaire. S’il est tout à fait pertinent que les Armées soient mises à contribution pour faire face à une crise importante, certes non militaire, mettant en péril la continuité de la vie sur le territoire, il convient de ne pas perdre de vue la mission première de l’appareil militaire de répondre à un conflit de haute intensité. 

Contribuer à l’effort national... 

Les Armées disposent en effet d’atouts majeurs qu’elles peuvent mettre à disposition pour répondre à un besoin urgent lors d’une crise située hors du champ militaire, dont la crise du Covid-19 n’est que le dernier exemple. Sur le plan logistique en particulier, grâce à leur capacité à monter d’importantes opérations en un temps record, et par leur aptitude à opérer dans le chaos, avec des infrastructures et des ressources parfois insuffisantes.

En 2018, 79 % des Français jugeaient les Armées efficaces et réactives.[...] Elles sont rassurantes, pour 77 % de leurs concitoyens.

Des qualités que leur prête volontiers la population : en 2018, 79 % des Français jugeaient les Armées efficaces et réactives. Autre caractéristique importante attribuée aux Armées : elles sont rassurantes, pour 77 % de leurs concitoyens. En effet, au-delà de la contribution réelle à l’effort national de lutte contre le Covid-19, la mobilisation de l’appareil militaire, déjà sursollicité et disposant de moyens limités, constitue un enjeu de communication non négligeable, face à des citoyens démunis et en demande de protection. 

… tout en veillant à préserver la singularité militaire 

Pourtant, dans un monde marqué par le retour de la puissance militaire et l’enchaînement de crises systémiques, il convient de ne pas céder à la tentation du "couteau-suisse", caractérisé par davantage de polyvalence des Armées, capables de participer à la réponse à tous types de crises. En effet, l’accumulation des crises variées n’empêche pas l’éventualité d’un conflit majeur dans les prochaines années, une option de plus en plus probable. Or, c’est avant tout dans ce scénario que se trouve la plus-value des Armées, qui engagent des moyens lourds, coûteux, limités et dont les effets sont potentiellement létaux. Ceux-ci doivent être utilisés à bon escient, lorsque la situation l’exige, avec à l’esprit l’idée que mobiliser des moyens militaires pour une crise implique nécessairement de réduire en contrepartie notre capacité pour une autre. 

Ainsi, la mobilisation des porte-hélicoptères Amphibies (PHA) et du dispositif Morphée dans le cadre de l’opération Résilience n’aurait pas été possible si la France avait dû faire face au même moment à un risque majeur dans une autre partie du monde. Lors de la crise du Covid-19, comme pour les crises précédentes, la plus-value apportée par les Armées à la réponse globale de l’État a essentiellement résidé dans ses aptitudes spécifiquement militaires. C’est cette singularité militaire qu’il convient de préserver, car comme l’a indiqué le chef d’état-major des Armées (qui fera ses adieux aux armes le 21 juillet) devant les parlementaires de la Commission de défense de l’Assemblée nationale le 7 juillet dernier, "une armée qui perd sa singularité perd son efficacité". 

Lors de la crise du Covid-19, comme pour les crises précédentes, la plus-value apportée par les Armées à la réponse globale de l’État a essentiellement résidé dans ses aptitudes spécifiquement militaires.

Dans notre rapport Repenser la défense face aux crises du 21ème siècle (février 2021), nous plaidons ainsi pour la garantie de la singularité de l’appareil militaire. Cela passe notamment par le recrutement sous statut militaire des nouvelles compétences spécialisées (cyber, spatial, pilotes de drones, etc.), en créant des filières techniques dans les écoles militaires. Il s’agit également de veiller à ce que ne soient pas remises en cause les spécificités des Armées nécessaires à l’accomplissement de leur mission, telles que la disponibilité, l’esprit de sacrifice ou le pouvoir de donner la mort exorbitant du droit commun. Enfin, il est important de poursuivre la réforme des soutiens, d’une part pour les replacer dans la main des chefs organiques, et d’autre part pour recréer une culture militaire forte chez les acteurs du soutien. 


 

 

Copyright : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

 

A voir aussi
  • Commentaires

    Ajouter un commentaire

    À propos des formats de texte

    Commentaire

    • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type='1 A I'> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id='jump-*'> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
    • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
    • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
    • Seules les images hébergées sur ce site peuvent être placées dans une balise <img>.

...

Envoyer cette page par email

L'adresse email du destinataire n'est pas valide
Institut Montaigne
59, rue la Boétie 75008 Paris

© Institut Montaigne 2017